arton17899

Biographie Pr Romain Gherardi

Le Professeur Romain Gherardi, directeur de l’Unité INSERM U955 E10 de l’Université Paris-Est « Interactions cellulaires dans le système neuromusculaire », est le chef du service d’Histologie-Embryologie de l’hôpital Henri Mondor (Créteil), centre de référence des maladies neuromusculaires.

Le Pr Gherardi est un spécialiste des maladies neuromusculaires. Il est diplômé en neurologie et en pathologie, et Professeur des Universités – Praticien hospitalier depuis 1990.

De 1983 à 2010, il a écrit 300 articles de recherche dont plus de 250 en langue anglaise publiées dans des revues telles que Lancet, N Engl J Med, J Exp Med, Ann Neurol, Brain, Ann Rheum Dis, Arthritis Rheum, etc. – Il est par ailleurs invité comme orateur au CDC d’Atlanta, à l’OMS de Genève, dans diverses sociétés savantes nationales ou internationales de Neurologie et de Myologie .

Ses recherches concernent le domaine des interactions cellulaires dans le système neuromusculaire normal et les maladies inflammatoires ou toxiques (neuropathie liée à l’almitrine, la myopathies induite par l’AZT ou par les statines, etc.).

Il travaille actuellement sur ​​la biodistribution des cellules chargées de nanoparticules, et la physiopathologie de la myofasciite à macrophages.

Il est l’auteur, avec le Pr Authier, de « Macrophagic myofasciitis lesions assess long-term persistence of vaccine-derived aluminium hydroxide in muscle » (Brain – 2001).

Il synthétise (avec le Pr Authier) les connaissances sur la myofasciite à macrophages dans cet article : « Macrophagic myofasciitis: characterization and pathophysiology ».

Extrait :

Les  expériences sur les modèles animaux montrent que les nanoparticules biopersistant dans les monocytes des tissus peuvent transloquer dans un premier temps vers les ganglions lymphatiques de drainage avant de rejoindre la circulation sanguine via phagocytose pour atteindre la rate et s’accumuler progressivement dans le cerveau.

 

>>> Lire la publication intégrale de 2013 « Translocation lente CCL2-dépendante de particules biopersistantes du muscle vers le cerveau » en français ou en anglais

>>> Lire la dernière publication (2015) sur cette migration de l’aluminium vers le cerveau et les questions en suspens, en français ou en anglais

 

9 réponses
  1. Bayou benjamin
    Bayou benjamin says:

    Bonjour,
    Ma fille aura 3 ans le 2 février, pour la rentrée scolaire de septembre on me demande de la vacciner 3 fois avec le dt polio, le problème est que ma fille est intolérante à l hidroxide d’aluminium.

    Quel alternative puis je utiliser pour mettre ma fille a la maternelle ? Est til possible de faire fabriqué ce vaccin sans aluminium ?

    Merci.

    Cordialement.

    Répondre
  2. Marc
    Marc says:

    Bonjour,
    Je suis un jeune porteur d’une PTH avec couple de frottement moderne : céramique, qui est de l’oxyde d’aluminium. Est-ce que la nano usure de ce matériau va migrer dans mon organisme ? Est-ce que je cours des dangers similaires ou plus graves que la vaccination ?
    Bien cordialement,

    Répondre
    • E3M
      E3M says:

      Bonjour,

      Merci pour votre message. Nous avons pu recueillir des informations suite à votre question. On ne peut pas exclure totalement la toxicité de l’aluminium à cet endroit aussi, mais les intolérances aux prothèses solides sont rares. Il y a donc de grandes chances pour qu’il ne vous arrive rien.

      Bonne journée,
      L’équipe d’E3M

      Répondre
  3. MULLER Florence
    MULLER Florence says:

    Bonjour, mon fils né en 1999 vient d’intégrer la première année de médecine à la faculté de médecine de Créteil. il a le privilège de suivre les cours de Monsieur Romain Gherardi.
    Je n’ai pas voulu le faire vacciner selon les recommandations qui m’ont été faites. Il a reçu le DTP, le ROR mais pas le vaccin contre l’hépatite B ni contre la méningite. Il est presque adulte, certes, mais je souhaiterais savoir quelles sont les « chances » pour lui d’avoir la sclérose en plaque ou de développer d’autres pathologies s’il fait ces deux vaccins afin de pouvoir intégrer le corps médical vu que c’est obligatoire pour pouvoir poursuivre ses études de médecine en France ? Merci de vos réponses.

    Répondre
    • E3M
      E3M says:

      Bonjour,

      Il n’est pas encore possible de déterminer la susceptibilité génétique et les probabilités de développer certaines pathologies. Des recherches doivent être approfondies pour pouvoir mieux évaluer cette question. Le mieux serait d’en parler à un médecin de confiance afin de voir quelle est la meilleure solution pour votre fils. Vous trouverez d’autres conseils sur cette page dédiée aux parents qui, comme vous, se posent des questions : https://www.vaccinssansaluminium.org/vous-etes/parent.
      S’il est amené à travailler dans un service hospitalier, il est indéniable qu’il doit être protégée contre l’hépatite B. Ce serait plus simple s’il existait des vaccins sans aluminium, c’est certain… C’est pourquoi nous devons rester mobilisés, afin que le principe de précaution soit enfin appliqué.

      Bon courage dans vos démarches,
      Cordialement,
      L’équipe d’E3M

      Répondre
    • E3M
      E3M says:

      Second élément de réponse de la part du Dr D. Le Houézec :

      Bonjour Madame MULLER,

      La vaccination contre l’hépatite B est effectivement une obligation formelle pour toutes les études des professions médicales et para-médicales.
      Cependant il n’est pas obligatoire de la réaliser dès le début de la première année où il n’y a que des cours théoriques et donc aucun risque de la contracter. Par contre ceci sera obligatoire et réclamé avant le début des premiers stages dans un service hospitalier ou autre, en étant alors au contact de personnes potentiellement porteuses du virus.

      Selon les données de la pharmacovigilance (ANSES) où un peu plus de 2000 cas de SEP ou d’affections démyélinisantes ont été notifiées, en particulier grâce aux témoignages recueillis par l’association REVAHB (Réseau vaccin hépatite B) dont je suis le conseiller médical, on peut estimer ce risque de l’ordre de 1 à 2 cas (en tenant compte de la sous-notification) pour 10.000 vaccinés puisqu’il y a eu à cette période (1994/1998) environ 25 millions de personnes ayant reçu ce vaccin en France. Ce risque est majoré en cas d’antécédents familiaux directs (parents, frère ou sueur, oncle ou tante) de SEP.

      En ce qui concerne la vaccination contre la méningite C, je n’ai jamais eu connaissance d’une quelconque obligation pour les élèves inscrits à une formation médicale ou apparentée. Je vous joins pour information les derniers textes officiels concernant ces obligations vaccinales. Ce vaccin est uniquement recommandé.

      Sentiments dévoués.

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] du sujet. Regardez plutôt cette courte vidéo datant déjà de 2012, dans laquelle le professeur Romain Gherardi explique, sur le plateau de télévision de le processus de la persistance dans le corps. Le […]

  2. […] professeur Romain Gherardi publie ce mercredi un livre où il retrace ses recherches qui l’ont mené à lier une pathologie […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>