Biographie Pr Romain Gherardi

Le Professeur Romain Gherardi, directeur de l’Unité INSERM U955 E10 de l’Université Paris-Est « Interactions cellulaires dans le système neuromusculaire », est le chef du service d’Histologie-Embryologie de l’hôpital Henri Mondor (Créteil), centre de référence des maladies neuromusculaires.

Le Pr Gherardi est un spécialiste des maladies neuromusculaires. Il est diplômé en neurologie et en pathologie, et Professeur des Universités – Praticien hospitalier depuis 1990.

De 1983 à 2010, il a écrit 300 articles de recherche dont plus de 250 en langue anglaise publiées dans des revues telles que Lancet, N Engl J Med, J Exp Med, Ann Neurol, Brain, Ann Rheum Dis, Arthritis Rheum, etc. – Il est par ailleurs invité comme orateur au CDC d’Atlanta, à l’OMS de Genève, dans diverses sociétés savantes nationales ou internationales de Neurologie et de Myologie .

Ses recherches concernent le domaine des interactions cellulaires dans le système neuromusculaire normal et les maladies inflammatoires ou toxiques (neuropathie liée à l’almitrine, la myopathies induite par l’AZT ou par les statines, etc.).

Il travaille actuellement sur ​​la biodistribution des cellules chargées de nanoparticules, et la physiopathologie de la myofasciite à macrophages.

Il est l’auteur, avec le Pr Authier, de « Macrophagic myofasciitis lesions assess long-term persistence of vaccine-derived aluminium hydroxide in muscle » (Brain – 2001).

Il synthétise (avec le Pr Authier) les connaissances sur la myofasciite à macrophages dans cet article : « Macrophagic myofasciitis: characterization and pathophysiology ».

Extrait :

Les  expériences sur les modèles animaux montrent que les nanoparticules biopersistant dans les monocytes des tissus peuvent transloquer dans un premier temps vers les ganglions lymphatiques de drainage avant de rejoindre la circulation sanguine via phagocytose pour atteindre la rate et s’accumuler progressivement dans le cerveau.

 

>>> Lire la publication intégrale de 2013 « Translocation lente CCL2-dépendante de particules biopersistantes du muscle vers le cerveau » en français ou en anglais

>>> Lire la dernière publication (2015) sur cette migration de l’aluminium vers le cerveau et les questions en suspens, en français ou en anglais

 

29 réponses
  1. Bayou benjamin
    Bayou benjamin dit :

    Bonjour,
    Ma fille aura 3 ans le 2 février, pour la rentrée scolaire de septembre on me demande de la vacciner 3 fois avec le dt polio, le problème est que ma fille est intolérante à l hidroxide d’aluminium.

    Quel alternative puis je utiliser pour mettre ma fille a la maternelle ? Est til possible de faire fabriqué ce vaccin sans aluminium ?

    Merci.

    Cordialement.

    Répondre
  2. Marc
    Marc dit :

    Bonjour,
    Je suis un jeune porteur d’une PTH avec couple de frottement moderne : céramique, qui est de l’oxyde d’aluminium. Est-ce que la nano usure de ce matériau va migrer dans mon organisme ? Est-ce que je cours des dangers similaires ou plus graves que la vaccination ?
    Bien cordialement,

    Répondre
    • E3M
      E3M dit :

      Bonjour,

      Merci pour votre message. Nous avons pu recueillir des informations suite à votre question. On ne peut pas exclure totalement la toxicité de l’aluminium à cet endroit aussi, mais les intolérances aux prothèses solides sont rares. Il y a donc de grandes chances pour qu’il ne vous arrive rien.

      Bonne journée,
      L’équipe d’E3M

      Répondre
  3. MULLER Florence
    MULLER Florence dit :

    Bonjour, mon fils né en 1999 vient d’intégrer la première année de médecine à la faculté de médecine de Créteil. il a le privilège de suivre les cours de Monsieur Romain Gherardi.
    Je n’ai pas voulu le faire vacciner selon les recommandations qui m’ont été faites. Il a reçu le DTP, le ROR mais pas le vaccin contre l’hépatite B ni contre la méningite. Il est presque adulte, certes, mais je souhaiterais savoir quelles sont les « chances » pour lui d’avoir la sclérose en plaque ou de développer d’autres pathologies s’il fait ces deux vaccins afin de pouvoir intégrer le corps médical vu que c’est obligatoire pour pouvoir poursuivre ses études de médecine en France ? Merci de vos réponses.

    Répondre
    • E3M
      E3M dit :

      Bonjour,

      Il n’est pas encore possible de déterminer la susceptibilité génétique et les probabilités de développer certaines pathologies. Des recherches doivent être approfondies pour pouvoir mieux évaluer cette question. Le mieux serait d’en parler à un médecin de confiance afin de voir quelle est la meilleure solution pour votre fils. Vous trouverez d’autres conseils sur cette page dédiée aux parents qui, comme vous, se posent des questions : https://www.vaccinssansaluminium.org/vous-etes/parent.
      S’il est amené à travailler dans un service hospitalier, il est indéniable qu’il doit être protégée contre l’hépatite B. Ce serait plus simple s’il existait des vaccins sans aluminium, c’est certain… C’est pourquoi nous devons rester mobilisés, afin que le principe de précaution soit enfin appliqué.

      Bon courage dans vos démarches,
      Cordialement,
      L’équipe d’E3M

      Répondre
    • E3M
      E3M dit :

      Second élément de réponse de la part du Dr D. Le Houézec :

      Bonjour Madame MULLER,

      La vaccination contre l’hépatite B est effectivement une obligation formelle pour toutes les études des professions médicales et para-médicales.
      Cependant il n’est pas obligatoire de la réaliser dès le début de la première année où il n’y a que des cours théoriques et donc aucun risque de la contracter. Par contre ceci sera obligatoire et réclamé avant le début des premiers stages dans un service hospitalier ou autre, en étant alors au contact de personnes potentiellement porteuses du virus.

      Selon les données de la pharmacovigilance (ANSES) où un peu plus de 2000 cas de SEP ou d’affections démyélinisantes ont été notifiées, en particulier grâce aux témoignages recueillis par l’association REVAHB (Réseau vaccin hépatite B) dont je suis le conseiller médical, on peut estimer ce risque de l’ordre de 1 à 2 cas (en tenant compte de la sous-notification) pour 10.000 vaccinés puisqu’il y a eu à cette période (1994/1998) environ 25 millions de personnes ayant reçu ce vaccin en France. Ce risque est majoré en cas d’antécédents familiaux directs (parents, frère ou sueur, oncle ou tante) de SEP.

      En ce qui concerne la vaccination contre la méningite C, je n’ai jamais eu connaissance d’une quelconque obligation pour les élèves inscrits à une formation médicale ou apparentée. Je vous joins pour information les derniers textes officiels concernant ces obligations vaccinales. Ce vaccin est uniquement recommandé.

      Sentiments dévoués.

      Répondre
  4. bernard letourneur
    bernard letourneur dit :

    Bonjour , Professeur,Romain GHERADI A TON PEUR DE LA VÉRITÉ
    AVEZ VOUS VÉRIFIER LES TAUX D ANTICORPS ANTI HBSde l hépatite B CHEZ LES HUMAINS VACCINÉS CAR LES ÈTRES HUMAINS VACCINÉS ON DES TAUX DE 200 À10000 FOIS SUPÉRIEUR DE LA NORME ET IL SONT TOUS ATTEINT D UNE Maladie .
    les anticorps anti HBS DE L HÉPATITE B EST SCIENCE EXACT , L ‘ ALUMINIUM EST TIL UNE SCIENCE EXACT CAR LES MÉDICAMENTS POUR L ESTOMAC CONTIEN DE L ‘ ALUMINIUM EN QUANTITÉ ÉNORME MAIS PERSONNE EN PARLE ( BUSINESS)
    PROFESSEUR JE SUIS LE SEUL A DIRE LA VÉRITÉ CONCERNANT LES ANTICORPS ANTI-HBS DE L’ HÉTITE B TROP ÉLEVÉ ?????
    CORDIALEMENT
    BERNARD LETOURNEUR

    Répondre
  5. Delaive
    Delaive dit :

    Bonjour , je suis médecin en Belgique , j’ai un jeune patient qui ne sait plus marcher depuis 3 ans , peu après une vaccination contre l’hepatite B . J’avais entendu parler de cette myofasciite a macrophages et lorsque j’ai demandé de pratiquer une biopsie musculaire , les spécialistes n’ont pas voulu le faire . Connaissez vous des médecins en Belgique qui sont sensibilisés à cela et qui pourraient aider mon patient ?

    Merci

    Dr Delaive

    Répondre
  6. Delaive
    Delaive dit :

    Bonjour , je suis médecin en Belgique et je soigne un jeune patient qui ayant reçu une vaccination contre l’hepatite B il y a 3 ans , ne sait plus marcher depuis lors . J’ai demandé aux spécialistes consultés de pratiquer une biopsie musculaire mais ils n’ont pas voulu .

    Connaitriez vous des médecins sensibilisés en Belgique à qui je pourrait m’adresser ?

    Un grand merci

    Dr Delaive

    Répondre
  7. Baren
    Baren dit :

    Bonjour
    j’ai eu la grippe saisonnière vers Noël 2018. J’ai 70 ans, pas vacciné et j’ai traité ma grippe simplement avec des moyens naturels et à ma disposition (diète, tisanes, repos et confiance aux facultés de mon corps à réagir favorablement à la maladie qui a passé en 5 ou 6 jours; un peu plus longtemps pour l’irritation bronchique consécutive).

    Le thérapeute que j’ai vu après cet épisode m’a déclaré que les gens vaccinés pouvaient eux-mêmes être des vecteurs de la grippe car ils reçoivent la plupart du temps un « vaccin grippal vivant atténué » et que pendant quelques semaines le virus se propage par leur intermédiaire en envoyant leur entourage dans le cycle de la grippe.

    Si c’est exact, ça devient un paradoxe de vouloir neutraliser une maladie en répandant partout un vecteur de la maladie, certes atténué mais quand même vivant et transmissible… qu’en pensez-vous ?

    Répondre
  8. ILAM
    ILAM dit :

    Bonjour ,

    je vous remercie pour ce site. J’espère ne pas avoir mal cherché et que la réponse à ma question n’y figure pas.
    Il y a des vaccins à l’hydroxyde d’aluminium et des vaccins au phosphate d’aluminium.
    On dit que le phosphate est plus soluble, soit.
    Mais doit-on conclure qu’il va plus vite dans les tissus et qu’il est plus difficile à chélater, ou au contraire qu’il sera plus facilement éliminé? Y a t’il un bouquin qui explique cela, je ne trouve rien.

    Je vous remercie.

    I LAMOUREUX

    Répondre
    • E3M
      E3M dit :

      Bonjour,

      Merci pour votre message. Malheureusement, l’absence de financement pour la recherche ne permet pas de mener des études visant à comparer in vivo le devenir des 2 adjuvants après injection, nous ne pouvons donc pas répondre à votre question.

      Cordialement

      Répondre
  9. Marie-Laure Schmitt
    Marie-Laure Schmitt dit :

    le vaccin DTP semble protéger les populations jeunes du Covid19, les personnes dont les intervalles de rappel sont éloignés de 20
    ans semblent moins protégés ,le vaccin poliomyélitique pourrait il avoir un effet protecteur contre ce nouveau virus?

    Répondre
    • E3M
      E3M dit :

      Bonjour,

      Nous avons encore peu de recul pour savoir ce qui fonctionnerait contre ce nouveau virus. Nous vous tiendrons informés des avancées…

      Bien cordialement,

      Répondre
  10. Shani
    Shani dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce blog très intéressant
    Je voulais vous dire qu’en tant que maman (non scientifique) des blogs comme le votre nous cause nombres d’angoisses et de regrets même si vos articles sont nécessaire pour faire changer les choses.
    Mais en tant que mère qui a vacciné son enfant aux âge du schéma vaccinal avec les trois pentavalent deux prevenar un neisvac et deux ror donc avec quasi la totalité des vaccins ai je condamné mon enfant? Ai je nuit à long terme à son système immunitaire? Sera t-il plus malade et plus fragile à cause de ses vaccins?
    De plus mon enfant à un granulome post vaccinal de quelques millimètres depuis ses 1 an sur la cuisse aujourd’hui âgé de 4 ans il est toujours présent? Quels sont les conséquences ?
    A l’avenir pour un bebe a venir faut il le vacciner ou refuser tout net toute vaccination quitte a refuser l’entree a l’ecole?
    À quel âge vacciné? Quel vaccin a fuir et quel vaccin necessaire? Il y a t il un danger à refuser les vaccinations (coqueluche, méningite…)
    Les vaccinations dont vous parlez comme dangereuse le sont ils pour un petit nombre plus fragile ou pour tout les bébés et les effets se verront dans les années à venir?
    Tant d’interrogations laisser sans réponses et qui angoisse terriblement quand nous lisons tant d’avis,
    Merci pour votre travail
    Cdlt une mère inquiète et non scientifique qui n’en s’y retrouve plus dans ses débats

    Répondre
    • E3M
      E3M dit :

      Nous comprenons votre inquiétude. Il faudrait que les recherches scientifiques soient bien plus approfondies pour que nous puissions répondre précisément à vos questions. Ce que nous pouvons vous indiquer :
      – Les derniers travaux ont montré que les malades de myofasciite à macrophages auraient une déficience dans le système d’autophagie (qui assure le nettoyage cellulaire), ce qui expliquerait que l’aluminium vaccinal n’ait pas été éliminé de l’organisme. Les travaux se poursuivent.
      – Un brevet a été déposé suite à ces découvertes sur ces spécificités génétiques, il est en cours d’évaluation au niveau européen. Ce brevet devrait être validé dans les tous prochains mois.
      – Une fois le brevet obtenu, il faudra que soient développés au plus vite des tests génétiques permettant de mettre en évidence une déficience de l’autophagie. Nous aurons alors besoin de l’appui de tous pour obtenir de l’Etat que ces tests soient mis au point au plus vite.
      – Il conviendra alors de tester la population (des nourrissons aux adultes) avant toute vaccination afin d’éviter de nouveaux malades. Ne pas le faire serait criminel.

      Répondre
      • Shani
        Shani dit :

        Merci pour votre réponse,
        Cette recherche est fondamentale et mérite un grand soutien d’autant qu’elle nous concerne tous. En tout cas beau combat pour les nourrissons et les victimes des vaccins.
        Concernant les granulomes post vaccinaux persistants des années que savez vous à ce sujet et leurs gravité ?
        Et comment faire pour un bébé né après 2018 le vacciner avec tout les vaccins obligatoires ou attendre que la recherche avance? Ou attendre un âge moins risqué pour les vaccins ?
        D’après ce que j’ai compris de votre message une majorité d’entre nous finissent par éliminer l’aluminium (totalement ?) et une minorité non.
        Merci de votre temps

        Répondre
        • E3M
          E3M dit :

          Concernant les granulomes post vaccinaux persistants des années que savez vous à ce sujet et leur gravité ?
          Des auteurs scandinaves ont montré que ces granulomes sous cutanés de l’enfant sont effectivement chargés d’aluminium et s’accompagnent de tests cutanés positifs montrant une réaction allergique à l’aluminium. Des poussées inflammatoires à tout nouveau contact avec l’aluminium ont également été décrites.
          Les granulomes peuvent être enlevés chirurgicalement s’ils sont très gênants mais il finissent en général par disparaître spontanément.
          S’il existe des risques familiaux (Lupus, SEP, allergies, … ), il convient de discuter avec votre médecin traitant de la balance bénéfice‐risque pour toute nouvelle vaccination.
          Pour info complémentaire, voir notre dernier bulletin scientifique, une publication sur le sujet y est mentionnée .

          Et comment faire pour un bébé né après 2018 le vacciner avec tout les vaccins obligatoires ou attendre que la recherche avance? Ou attendre un âge moins risqué pour les vaccins ?
          Nous ne pouvons répondre à cette question… Il y a l’obligation vaccinale, comme vous le savez. Il faut se battre « pour des vaccins sans aluminium ». L’organisme est certainement plus apte à faire face à une vaccination aluminique à 2 ans qu’à la naissance.

          D’après ce que j’ai compris de votre message une majorité d’entre nous finissent par éliminer l’aluminium (totalement ?) et une minorité non.
          Nul ne sait quel est le pourcentage de personnes atteintes de pathologies induites par l’aluminium vaccinal, car il n’y a probablement pas que la myofasciite à macrophages. Le test pourrait permettre d’y voir plus clair.
          Autre chose : plus on injectera de vaccins aluminiques, plus on dépassera les limites de chacun à éliminer ce produit toxique.

          Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] prof. Christopher Exley* prof. Romain Gherardi* prof. Jérôme Authier* prof. Yehuda Shoenfeld* Dr. Nicole Donat* pacienti – oběti očkování […]

  2. […] prof. Christopher Exley* prof. Romain Gherardi* prof. Jérôme Authier* prof. Yehuda Shoenfeld* Dr. Nicole Donat* pacienti – oběti očkování […]

  3. […] du sujet. Regardez plutôt cette courte vidéo datant déjà de 2012, dans laquelle le professeur Romain Gherardi explique, sur le plateau de télévision de le processus de la persistance dans le corps. Le […]

  4. […] professeur Romain Gherardi publie ce mercredi un livre où il retrace ses recherches qui l’ont mené à lier une pathologie […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *