Adjuvant aluminique et asthme : une étude condamnable

Autisme et vaccination : la fin d’un mythe

– Le système immunitaire est bien plus complexe et méconnu que ce que le grand public croit.
– Les systèmes immunitaires et nerveux (entre autres) sont interconnectés : les mêmes molécules conditionnent les deux systèmes.
– Une très solide littérature démontre qu’activer de façon précoce le système immunitaire peut troubler le développement cérébral et nerveux du nourrisson.
– L’intensité, la durée et la fréquence des activations immunitaires sont des facteurs de risque, le tout en fonction du stade de développement du nourrisson.
– La vaccination a pour but d’activer le système immunitaire : pratiquée pendant la grossesse ou au début de la vie, elle peut impacter le développement neurologique du nourrisson (en particulier chez les garçons).
– Les adjuvants aluminiques sont conçus pour booster les vaccins et activent de manière répétée, plus fortement et plus durablement le système immunitaire. Ils sont donc un facteur supplémentaire de trouble, de façon immédiate ou retardée.

Les adjuvants aluminiques pourraient être impliqués dans les troubles du spectre autistique

Une revue très approfondie de la littérature, effectuée par Loïc Angrand et ses collègues (INSERM IMRB), nous alerte.

Il est maintenant prouvé que les adjuvants aluminiques ne restent pas au site d’injection vaccinal et migrent dans l’organisme. Ce fait est admis par la communauté scientifique.

Chez les petits enfants, la barrière hématoencéphalique est immature, ce qui pourrait favoriser la pénétration d’aluminium dans le cerveau. Dans la mesure où il s’agit de particules pro-inflammatoires persistantes, il est essentiel que le cerveau se débarrasse de ce dangereux visiteur, grâce en particulier à son système autophagique (le nettoyeur cellulaire). Or, les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) ont une autophagie susceptible d’être perturbée. 

Lire la suite

TOXICITÉ DE L’ALUMINIUM – La veille scientifique d’E3M

Autopsie d’un assassinat scientifique

Le Pr Christopher Exley, scientifique de renom et spécialiste international de l’aluminium, est devenu « l’homme à abattre » car il a osé s’intéresser de près à la toxicité de cet adjuvant dans les vacsains. Nous relayons aujourd’hui un article d’Hypatie, justement intitulé « Autopsie d’un assassinat scientifique », qui décrit dans le détail cet incroyable scénario de destruction de la connaissance académique mondiale.

L’aluminium est reconnu comme (neuro)toxique, les études internationales ne laissent plus de doute à ce sujet. Son absence dans les déodorants ou les capsules de café est même devenue un argument publicitaire.

À l’origine de cette prise de conscience générale : un réseau international de chercheurs regroupés notamment autour du Professeur Christopher Exley, dénommé Monsieur Aluminium par ses pairs. Tous les deux ans, ils se retrouvent pour des « Keele Meeting » afin d’échanger sur leurs travaux et faire ainsi avancer les connaissances scientifiques. Keele, du nom de l’université anglaise où officie le Pr Exley depuis près de 40 ans.

Lire la suite

Toxicité de l’aluminium : l’actualité scientifique du semestre

Comme à chaque semestre, nous publions les dernières publications scientifiques concernant l’aluminium. Vous trouverez dans notre dernier bulletin scientifique les actualités de juin 2020 à janvier 2021.

Au programme, des résumés d’articles scientifiques concernant l’aluminium et la vaccination, l’exposition générale à l’aluminium, la vaccination en général et une vraie alternative aux sels d’aluminium : le phosphate de calcium nanoparticulaire.

Bonne lecture !

Lire le bulletin scientifique

Lire la suite

Conférence « Comment l’aluminium provoque Alzheimer » (Pr C. Exley, 2020)

Conférence « Comment l’aluminium provoque Alzheimer » (Pr C. Exley, 2020)

Dans cette vidéo, le Pr Christopher Exley (Université de Keele, Royaume-Uni), surnommé « Monsieur Aluminium » par ses pairs, présente les dégâts causés par l’aluminium dans le tissu cérébral humain : alzheimer, sclérose en plaques, autisme…

Pour lui, le doute n’est plus permis quant au rôle de l’aluminium dans l’apparition de ces troubles. Il souligne surtout l’existence d’une solution simple et efficace pour éliminer le métal et soulager les patients.

Une conférence très complète qui ne peut laisser personne indifférent, à découvrir ci-dessous.

Adjuvants aluminiques et troubles du neurodéveloppement : état des connaissances

Nous vous proposons de lire un texte rédigé par un docteur en médecine, souhaitant rester anonyme, à l’attention des médecins généralistes et des pédiatres. Il a été rédigé le 6 décembre.

Résumé

Les adjuvants aluminiques sont présents dans la majorité des vaccins du calendrier vaccinal actuel.
La neurotoxicité de l’aluminium à forte dose chez l’adulte est établie solidement.
Il n’existe pas de preuve de l’innocuité des adjuvants aluminiques injectés aux nourrissons, pour des raisons historiques.
Les doses injectées sont significatives comparées aux doses ingérées, pour des raisons pharmacocinétiques.
Les adjuvants aluminiques peuvent persister longtemps dans l’organisme et migrer jusqu’au cerveau.
La forte augmentation des cas de troubles du neurodéveloppement (dont les troubles du spectre autistique) n’est qu’en partie due à un meilleur dépistage.
Il existe vraisemblablement un lien de corrélation : les rares études sur le sujet montrent que plus les enfants sont exposés aux adjuvants aluminiques, plus ils risquent de développer des troubles du neurodéveloppement.
Le lien de causalité est lui aussi plausible.

Lire la suite

Pr Lee : Gardasil, attention danger

« Detection of human papillomavirus (HPV) L1 gene DNA possibly bound to particulate aluminum adjuvant in the HPV vaccine Gardasil® »

Dr Sin Hang Lee

Etats-Unis – 2012


La publication en quelques mots

Des échantillons de Gardasil (vaccin contre le HPV) ont été testés.

Toutes les ampoules de Gardasil contenaient des fragments d’ADN, probablement liés à des nanoparticules de sulfate d’hydroxyphosphate d’aluminium.
La sécurité vaccinale nécessite qu’une investigation approfondie soit menée.

Extrait de la publication

Des soupçons pesaient sur le vaccin Gardasil, et plus particulièrement sur l’ADN du papillomavirus (HPV) recombinant, qui aurait pu être un facteur contributif à la survenue d’effets secondaires post-vaccinaux inexpliqués.

Des échantillons de Gardasil (provenant de lots différents et de 9 pays différents) ont été testés. Les résultats ont montré que les ampoules de Gardasil contenaient des fragments d’ADN, fermement liés à la fraction insoluble, probablement des nanoparticules de sulfate d’hydroxyphosphate d’aluminium amorphe utilisées comme adjuvant. La signification clinique de ces fragments d’ADN résiduels de HPV liés à un adjuvant minéral particulaire est incertaine après une injection intramusculaire, ce qui nécessite une investigation plus approfondie pour la sécurité vaccinale.

>>> Lire la publication intégrale en français et en anglais

>>> Voir la biographie du Pr Lee

 

Pr Exley : L’ère de l’aluminium

« Pourquoi la propagande industrielle et l’ingérence politique ne peuvent dissimuler le rôle indéniable joué par l’exposition humaine à l’aluminium dans les maladies neurodégénératives, notamment la maladie d’Alzheimer. »

Christopher Exley

Grande-Bretagne 2014


La publication en quelques mots

Aujourd’hui, nous avons tous de l’aluminium dans notre organisme et il est probable qu’il soit présent dans chaque compartiment physique et chimique du corps humain, dont le cerveau.

A un moment donné, sa toxicité se déploiera, les systèmes cérébraux deviendront dysfonctionnels et des cascades d’événements, aboutissant éventuellement à une perte accélérée de cellules et de neurones, commenceront à dominer.
Lire la suite