Conférence « Comment l’aluminium provoque Alzheimer » (Pr C. Exley, 2020)

Dans cette vidéo, le Pr Christopher Exley (Université de Keele, Royaume-Uni), surnommé « Monsieur Aluminium » par ses pairs, présente les dégâts causés par l’aluminium dans le tissu cérébral humain : alzheimer, sclérose en plaques, autisme…

Pour lui, le doute n’est plus permis quant au rôle de l’aluminium dans l’apparition de ces troubles. Il souligne surtout l’existence d’une solution simple et efficace pour éliminer le métal et soulager les patients.

Une conférence très complète qui ne peut laisser personne indifférent, à découvrir ci-dessous.

Adjuvants aluminiques et troubles du neurodéveloppement : état des connaissances

Nous vous proposons de lire un texte rédigé par un docteur en médecine, souhaitant rester anonyme, à l’attention des médecins généralistes et des pédiatres. Il a été rédigé le 6 décembre.

Résumé

Les adjuvants aluminiques sont présents dans la majorité des vaccins du calendrier vaccinal actuel.
La neurotoxicité de l’aluminium à forte dose chez l’adulte est établie solidement.
Il n’existe pas de preuve de l’innocuité des adjuvants aluminiques injectés aux nourrissons, pour des raisons historiques.
Les doses injectées sont significatives comparées aux doses ingérées, pour des raisons pharmacocinétiques.
Les adjuvants aluminiques peuvent persister longtemps dans l’organisme et migrer jusqu’au cerveau.
La forte augmentation des cas de troubles du neurodéveloppement (dont les troubles du spectre autistique) n’est qu’en partie due à un meilleur dépistage.
Il existe vraisemblablement un lien de corrélation : les rares études sur le sujet montrent que plus les enfants sont exposés aux adjuvants aluminiques, plus ils risquent de développer des troubles du neurodéveloppement.
Le lien de causalité est lui aussi plausible.

Lire la suite

Pr Lee : Gardasil, attention danger

« Detection of human papillomavirus (HPV) L1 gene DNA possibly bound to particulate aluminum adjuvant in the HPV vaccine Gardasil® »

Dr Sin Hang Lee

Etats-Unis – 2012


La publication en quelques mots

Des échantillons de Gardasil (vaccin contre le HPV) ont été testés.

Toutes les ampoules de Gardasil contenaient des fragments d’ADN, probablement liés à des nanoparticules de sulfate d’hydroxyphosphate d’aluminium.
La sécurité vaccinale nécessite qu’une investigation approfondie soit menée.

Extrait de la publication

Des soupçons pesaient sur le vaccin Gardasil, et plus particulièrement sur l’ADN du papillomavirus (HPV) recombinant, qui aurait pu être un facteur contributif à la survenue d’effets secondaires post-vaccinaux inexpliqués.

Des échantillons de Gardasil (provenant de lots différents et de 9 pays différents) ont été testés. Les résultats ont montré que les ampoules de Gardasil contenaient des fragments d’ADN, fermement liés à la fraction insoluble, probablement des nanoparticules de sulfate d’hydroxyphosphate d’aluminium amorphe utilisées comme adjuvant. La signification clinique de ces fragments d’ADN résiduels de HPV liés à un adjuvant minéral particulaire est incertaine après une injection intramusculaire, ce qui nécessite une investigation plus approfondie pour la sécurité vaccinale.

>>> Lire la publication intégrale en français et en anglais

>>> Voir la biographie du Pr Lee

 

Pr Exley : L’ère de l’aluminium

« Pourquoi la propagande industrielle et l’ingérence politique ne peuvent dissimuler le rôle indéniable joué par l’exposition humaine à l’aluminium dans les maladies neurodégénératives, notamment la maladie d’Alzheimer. »

Christopher Exley

Grande-Bretagne 2014


La publication en quelques mots

Aujourd’hui, nous avons tous de l’aluminium dans notre organisme et il est probable qu’il soit présent dans chaque compartiment physique et chimique du corps humain, dont le cerveau.

A un moment donné, sa toxicité se déploiera, les systèmes cérébraux deviendront dysfonctionnels et des cascades d’événements, aboutissant éventuellement à une perte accélérée de cellules et de neurones, commenceront à dominer.
Lire la suite

Biographie Pr Chris Shaw

Le professeur Christopher Shaw est neurologue, Université de Colombie Britannique – Vancouver – Canada.

Il est professeur au Département d’ophtalmologie et des sciences visuelles à l’Université de Colombie Britannique. Il travaille aussi au sein du Département de médecine expérimentale et dans le programme d’études supérieures en neurosciences.

Il est l’auteur de plus de 100 articles parus dans des revues à comité de lecture et a édité quatre livres dans le domaine des neurosciences. Ses recherches se sont notamment portées sur le complexe « sclérose latérale amyotrophique – démence parkinsonienne » dans l’ile de Guam, potentiellement lié à une présence élevée d’aluminium dans les sols.

Ses travaux ont par ailleurs permis d’aboutir à l’un des premiers exemples de neuropathologie induite par l’adjuvant aluminique. Ce domaine est maintenant devenu un axe de recherche prioritaire pour lui.

Il est le fondateur et ancien directeur de Neurodyn, une société de biotechnologie basée à Prince-Édouard. Les travaux de Neurodyn sont dirigés vers la détection précoce et le traitement des troubles neurologiques liés à l’âge.

Il est l’auteur notamment de « Aluminum hydroxide injections lead to motor deficits and motor neuron degeneration » – Journal of Inorganic Biochemistry – 2009 (version française disponible – traduction E3M) et de « Aluminum Vaccine Adjuvants: Are they Safe? » – Current Medicinal Chemistry, 2011 (lire ci-dessous).

>>> Lire sa publication « Les adjuvants aluminiques dans les vaccins : sont-ils sans danger ? » en français ou en anglais (co-écrite avec L. Tomljenovic)


>>> Lire ses publications sur l’aluminium et l’autisme (en anglais) : celle de 2014 et celle de 2011

 

Pr Shaw et L. Tomljenovic : Les dégâts de l’aluminium dans le cerveau

« Les adjuvants aluminiques dans les vaccins : sont-ils sans danger ? »

Lucija Tomljenovic et Chris Shaw

Canada – 2011


La publication en quelques mots

Un nombre croissant d’études établit un lien entre l’utilisation d’adjuvants aluminiques et des conséquences auto-immunitaires graves chez l’homme.

Aucune étude adéquate n’a été menée pour évaluer la sûreté de l’injection simultanée de différents vaccins aux jeunes enfants, ou pour établir la sûreté de l’injection concomitante de deux neurotoxines, l’aluminium et le mercure chez les nouveau-nés et les enfants.

Savoir si le risque de protection contre une maladie redoutée est plus important que le risque de toxicité venant d’un agent prophylactique présumé est une question qui exige un examen minutieux beaucoup plus rigoureux que celui qui lui a été consacré jusqu’à présent.
Lire la suite

Pr Shoenfeld : Le syndrome des adjuvants

« ASIA : Syndrome auto-immunitaire/inflammatoire induit par les adjuvants »

Yehuda Shoenfeld

Israël – 2010


La publication en quelques mots

Les affections du système immunitaire sont une cause majeure de maladie et de mortalité à travers le monde, et leur nombre est en augmentation.

On a découvert que certains adjuvants (dont l’aluminium) induisaient par eux-mêmes une réaction auto-immune chez différents modèles animaux et pouvaient peut-être provoquer une maladie auto-immune ou auto-inflammatoire chez l’homme.
Lire la suite

Biographie Pr Christopher Exley

Le Professeur Christopher Exley est professeur de biochimie inorganique au Centre Birchall, Université Keele, Staffordshire, Royaume-Uni. Il est aussi professeur honoraire à l’UHI, University of the Highlands and Islands, Millennium Institute.

Le Pr Exley est biologiste, avec un doctorat en écotoxicologie sur l’aluminium. Sa carrière dans la recherche, depuis 1984, a mis l’accent sur un paradoxe intrigant : « En quoi le troisième élément le plus abondant de la croûte terrestre (l’aluminium) est-il non-essentiel et largement hostile à la vie ? ». Elucider ce mystère a nécessité des travaux de recherche dans des domaines multiples, depuis la chimie inorganique de base jusqu’à la disponibilité biologique de l’aluminium chez l’homme.

Le Pr Exley s’intéresse également à l’élément silicium qui, comme deuxième élément le plus abondant de la croûte terrestre, est également presque dépourvu de fonction biologique. Une fonction possible du silicium est de maintenir l’aluminium hors du système biologique. Ce domaine d’étude constitue une grande partie de la recherche du Pr Exley.

Il est l’auteur notamment de « The immunobiology of aluminium adjuvants : how do they really work? » Trends in Immunology 2010 (version française disponible – traduction E3M).

Extrait :

Dans le monde moderne que l’on a baptisé « l’âge de l’aluminium », tous les humains sont exposés à l’aluminium  tout  au  long de leur  existence depuis la  conception, de la  naissance  à la  mort. L’aluminium s’accumule dans le corps avec l’âge, et chaque fois qu’un individu reçoit une injection de vaccin  qui  comprend  des  AlADJ, , on  court  le  risque  de voir  se  développer  une  réponse  immunitaire  à  la  fois contre  l’adjuvant  et  contre  n’importe  quelle  réserve  d’aluminium  importante  dans  le  corps.

 

>>> Lire sa publication sur « L’ère de l’aluminium » en français ou en anglais

>>> Consulter sa bibliographie complète

>>> Découvrez le grand projet du Pr Chris Exley, sur l’aluminium et Alzheimer

Biographie – Pr Yehuda Shoenfeld

Le Professeur Yehuda Shoenfeld est le chef du Département de médecine de l’Université de Tel-Aviv depuis 1984. Il a fondé et dirige le Centre pour les maladies auto-immunes depuis 1985 dans le plus grand hôpital d’Israël. Il est le titulaire de la chaire de recherche Laura Schwarz-Kipp sur les maladies auto-immunes.

Son travail clinique et scientifique se concentre sur les maladies rhumatismales auto-immunes. Il a publié plus de 1600 articles dans des revues telles que New Eng J Med, Nature, The Lancet, Proc Nat Acad Scie, J Clin Invest, J Immunol, Sang, FASEB, J Exp Med, etc. Ses articles ont eu plus de 20.000 citations. Il a écrit et édité 25 livres, dont certains sont devenus des pierres angulaires de la science et de la pratique clinique, tous publiés chez Elsevier.

Il est membre du comité de rédaction de 43 revues dans le domaine de la rhumatologie et de l’auto-immunité et est le fondateur et rédacteur en chef du IMAJ (Israel Medical Association Journal), revue de sciences et de médecine en langue anglaise. Le Pr Shoenfeld est également le fondateur et rédacteur en chef de « Autoimmunity Reviews » (Elsevier) (Impact factor 6.2). Il a organisé plus de 20 congrès internationaux dans le domaine de l’auto-immunité, dont le récent congrès de Grenade, en Espagne, en juin 2012.

Il est l’auteur notamment de « ASIA – Autoimmune/inflammatory Syndrome Induced by Adjuvants » (lire ci-dessous) – Le Journal de l’auto-immunité (2010).

Extrait :

Auparavant, on pensait que les adjuvants ne présentaient que peu ou pas de danger particulier. Malheureusement, des études sur des modèles animaux et des humains ont démontré la capacité qu’ont par eux-mêmes certains d’entre eux de déclencher la réponse auto-immune et des maladies dysimmunitaires. (…)
La MFM est une maladie du système immunitaire signalée pour la première fois en France par Gherardi et al. Elle est provoquée par un dépôt d’aluminium, utilisé comme adjuvant dans différents vaccins, ce qui déclenche une maladie musculaire liée au système immunitaire.

 

>>> Lire sa publication sur le syndrome des adjuvants en français ou en anglais

>>> Voir sa bibliographie

>>> Voir son CV

Biographie Lucija Tomljenovic

Lucija Tomljenovic a obtenu son doctorat en biochimie en 2009, au Laboratoire de génomique comparative à l’Université James Cook à Townsville, en Australie. En 2010, elle rejoint comme chercheuse le Neural Dynamics Research Group de l’Université de Colombie-Britannique, Vancouver, Canada (laboratoire du Pr Chris Shaw). Elle étudie actuellement les effets neurotoxiques de l’adjuvant aluminium. Elle est récemment devenue rédacteur en chef adjoint de Journal of Alzheimer’s Disease.

Elle est l’auteure avec le Pr Chris Shaw de « Aluminum Vaccine Adjuvants: Are they Safe? » – Current Medicinal Chemistry, 2011 (lire la publication intégrale ci-dessous).

Extrait :

La notion généralement acceptée de la sûreté des adjuvants aluminiques n’apparaît pas fermement établie dans la littérature scientifique et, en cela, cette absence a pu nous conduire à des conclusions erronées en ce qui concerne la signification de ces composés dans l’étiologie de beaucoup d’affections neurologiques courantes. De plus, l’utilisation continue de placébos contenant de l’aluminium dans les essais cliniques de vaccins nous a peut-être conduits à sous-estimer la vraie valeur des effets indésirables associés aux vaccins avec des adjuvants d’aluminium. A notre avis, une évaluation complète de l’impact global de l’aluminium sur la santé humaine a trop tardé à être mise en place

Elle s’est particulièrement intéressée à la question de la vaccination contre le papillomavirus, avec notamment ces deux publications :
Human papillomavirus (HPV) vaccines as an option for preventing cervical malignancies: (how) effective and safe?
HPV vaccines and cancer prevention, science versus activism

Extrait :

Les déclarations optimistes comme quoi les vaccins HPV préviendront les cancers du col de l’utérus et sauveront des vies, et qu’ils sont extrêmement sûrs, reposent sur des hypothèses qui sont mal interprétées, et présentées au public comme des preuves. Une réduction plus importante du nombre de cancers du col pourrait être mieux atteinte en optimisant le dépistage (qui ne présente pas de risques graves pour la santé) et en ciblant d’autres facteurs de la maladie plutôt que de recourir à des vaccins aux profils d’efficacité et de sécurité discutables.

 

>>> Lire sa publication « Les adjuvants aluminiques dans les vaccins : sont-ils sans danger ? » en français ou en anglais (co-écrite avec le Pr Shaw)


>>> Lire ses publications sur l’aluminium et l’autisme (en anglais) : celle de 2014 et celle de 2011