Gardasil : le Dr Lee témoigne devant le parlement écossais

Lors d’une intervention devant le Parlement écossais en octobre dernier, le Dr Lee, expert international dans l’utilisation du séquençage de l’ADN, a présenté les raisons de son opposition à la vaccination contre le HPV (papillomavirus). Il alerte sur la présence de fragments d’ADN de papillomavirus dans chaque ampoule de Gardasil (ce qu’a confirmé le Pr Belec – hôpital Européen Georges Pompidou), fustige les coûts financiers liés à l’utilisation et à la promotion de ce vaccin et rappelle que cette vaccination est parfaitement inutile.
Lire la suite

Mouvement Générations Cobayes : pour des vaccins sans aluminium

Générations Cobayes

Mouvement des jeunes engagé-es pour le bien-être de toutes et tous

« Les vaccins forment une composante essentielle de la protection de la santé publique, en réduisant efficacement la transmission de nombreuses maladies. Cependant, des adjuvants vaccinaux tel l’aluminium peuvent avoir de graves conséquences sur la santé et le bien-être. Le Mouvement Générations Cobayes déplore que des vaccins alternatifs moins nocifs ne soient pas proposés et rendus aisément accessibles aux citoyens.

En soutien à l’association E3M, le Mouvement Générations Cobayes appelle les autorités publiques à financer les recherches nécessaires pour :
– développer des vaccins sans aluminium accessibles
– débattre scientifiquement et objectivement des effets des adjuvants vaccinaux
– que les politiques publiques vaccinales soient plus transparentes et indépendantes des laboratoires pharmaceutiques. »

Marie-Ange Poyet : pour des vaccins sans aluminium

Marie-Ange Poyet

Réalisatrice

« Errements, incompétence, conflits d’intérêts, soumission au lobby des grands labos pharmaceutiques et particulièrement en France à Sanofi, ex Institut Mérieux, rien n’a été épargné à la santé des femmes, des hommes et des enfants de tous âges et toutes conditions. Une politique du secret et de la dissimulation qui débouche sur des catastrophes sanitaires majeures.

Atteintes de myofasciite à macrophages, de scléroses en plaques, de troubles autistiques, des centaines de milliers de victimes vont apparaître au grand jour dans les mois et les années qui viennent. Responsable : l’aluminium utilisé comme adjuvant dans les vaccins.

Il est urgent d’agir, et cette campagne « POUR des vaccins sans aluminium » est d’intérêt public! »

L’Alliance maladies environnementales émergentes : pour des vaccins sans aluminium

AM2E, Alliance maladies environnementales émergentes, représentée par Marie Grosman

Co-auteure de « Menace sur nos neurones » et conseillère de l’association « Non au mercure dentaire »

« La neurotoxicité de l’aluminium est reconnue par la communauté scientifique depuis plusieurs décennies. Dans les vaccins, il a été démontré que l’aluminium vaccinal peut migrer jusque dans le cerveau où il est piégé pour une longue période et peut alors exercer ses effets délétères (neuroinflammation, mort cellulaire…), entraînant des lésions retrouvées chez les malades souffrant de Myofasciite à macrophages. Or, l’aluminium peut facilement être remplacé par du phosphate de calcium qui présente une totale innocuité.

Il n’est pas acceptable que les pouvoirs publics laissent l’industrie pharmaceutique commercialiser des vaccins contenant des neurotoxiques comme l’aluminium ou encore le mercure*. Plus largement, en vertu d’un des grands principes de la médecine, « d’abord ne pas nuire », les vaccins ne devraient contenir aucune substance toxique : ni neurotoxique, ni CMR, ni perturbateur endocrinien.

* Le mercure (présent dans les vaccins multidoses au titre de conservateur, sous forme d’éthylmercure) a été peu à peu retiré des vaccinations infantiles dans l’UE au cours des années 2000. Il est discrètement revenu dans certains vaccins lors de la vaccination H1N1 (2009). Il est toujours largement utilisé dans les pays en développement. »

Jean-Jacques Lasserre : pour des vaccins sans aluminium

Jean-Jacques Lasserre

Sénateur UDI des Pyrénées-Atlantiques

« Depuis 2013, j’apporte mon soutien sans réserve à l’association E3M.

Le sujet évoqué justifie notre plus grande attention. Le mouvement citoyen, dès le départ, a pris une réelle dimension. Se pose aujourd’hui, dans l’urgence, la nécessité de démarrer de véritables programmes de recherches. La politique vaccinale conduite dans notre pays nécessite transparence et indépendance.

En tant qu’élu départemental et national, je soutiens donc pleinement les actions d’E3M. »

Aline Archimbaud : pour des vaccins sans aluminium

Aline Archimbaud

Sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis
Vice-présidente de la commission des Affaires sociales

« Aline Archimbaud est Sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis depuis septembre 2011, Vice-présidente de la commission des Affaires sociales et de la délégation sénatoriale à l’Outre-mer. Elle est également présidente du groupe de travail sur l’amiante. Elle est l’auteure d’un rapport sur l’accès aux droits des plus démunis, et a récemment été nommée parlementaire en mission sur la situation des communautés amérindiennes et bushinenge en Guyane.

Dans la cadre d’un débat sur la politique vaccinale de la France menée au Sénat en avril 2013, Aline Archimbaud avait interpellé la Ministre de la Santé Marisol Touraine sur les risques liées à la vaccination (scléroses en plaques contractées à la suite d’une vaccination contre l’hépatite B), et particulièrement sur ceux que constituent les adjuvants, notamment ceux induits par les sels d’aluminium, se basant notamment sur les nombreuses études mettant en avant leur neurotoxicité.

Elle avait alors plaidé pour la remise sur le marché de vaccins alternatifs sans cet adjuvant, offrant aux personnes une liberté de choix. C’est également le sens d’un amendement qu’elle a déposé dans le cadre de l’examen au Sénat du Projet de loi de Santé. »

Réseau vaccin Hépatite B : pour des vaccins sans aluminium

REVAHB (Réseau vaccin Hépatite B)

« Victimes des vaccins contre l’hépatite B, nous sommes les premiers témoins des dégâts occasionnés par les adjuvants à base d’aluminium, puisqu’ils se retrouvent dans les vaccins qui nous ont été injectés.

Nous subissons au quotidien, encore aujourd’hui, leurs effets indésirables délétères. Nous ne pouvons donc qu’être d’accord pour que les entreprises du médicaments décident de ne plus utiliser de sels d’aluminium dans les vaccins ou qu’il nous soit proposé une alternative sans ce passage obligé. Il est important de protéger nos enfants de ces effets indésirables. Il est important que demain nous puissions leur dire que nous avons fait le nécessaire pour que cessent enfin les dégâts neuro-musculaires occasionnés par ces adjuvants chez certaines personnes.

Nous ne sommes pas contre les vaccinations, mais nous sommes contre l’injection de produits potentiellement dangereux pour l’organisme que la majorité d’entre eux contiennent. Nous sommes tous différents, nous avons un système immunitaire différent, il est donc important d’en tenir compte et de ne pas le fragiliser en lui injectant des adjuvants très immunogènes et susceptibles de migrer dans tout l’organisme. »