Sondage BVA : 94% des parents favorables à la vaccination s’il existait des vaccins sans aluminium

Communiqué de presse du mercredi 26 juillet 2017

Sur demande de l’association E3M, l’institut BVA a réalisé du 8 au 12 juillet un sondage sur la vaccination auprès d’un échantillon représentatif de la population française (1001 parents d’enfants de 0 à 15 ans). Résultats : 90% des parents continueraient à faire vacciner leur(s) enfant(s) si la vaccination n’était plus obligatoire. 10% des parents envisageraient donc d’arrêter toute vaccination, mais 37% d’entre eux changeraient d’avis s’ils disposaient de vaccins sans aluminium.

Sondage BVA (réponse 1)

90% des Français continueraient à faire vacciner leur(s) enfant(s) si la vaccination n’était plus obligatoire.

Sondage BVA sur la vaccination obligatoire (question 2)

37% des réfractaires à la vaccination changeraient d’avis si des vaccins sans aluminium étaient remis à disposition.

L’OMS estime à 95% le taux de couverture vaccinale nécessaire pour assurer une bonne protection de la population (source, p.181). Selon notre sondage, si des vaccins sans aluminium étaient remis à disposition de la population, la couverture vaccinale pourrait atteindre 93,7%, soit un objectif très proche de celui souhaité par les autorités sanitaires.

Le gouvernement a donc deux solutions : étendre l’obligation vaccinale à onze maladies ou rendre disponibles des vaccins sans aluminium. Le premier choix aura pour conséquence de transformer nombre d’hésitants vaccinaux en opposants avec une probable baisse de la couverture vaccinale. Le deuxième choix répond à l’attente des parents, il redonnera confiance à la population et favorisera une meilleure couverture vaccinale.


Les débats autour de la rougeole

La ministre de la Santé prend l’exemple de la rougeole pour justifier ses craintes d’une baisse de couverture vaccinale associée à une recrudescence des maladies.

Cet exemple étonne l’association E3M. Contrairement à ce qui est sous-entendu par la Ministre, et selon Santé Publique France, la couverture vaccinale contre la rougeole est en progression, alors même que la vaccination n’est pas obligatoire. Elle est passée, à l’issue des deux doses vaccinales nécessaires à une bonne protection, de 61% à 79% entre 2010 et 2015.

Second étonnement : la Ministre de la Santé fait référence au décès, suite à une rougeole, de 10 enfants depuis 2008. Or, la consultation de sources officielles (voir notre méthode d’analyse) indique le décès d’un enfant et trois décès de personnes de 15 à 24 ans. L’association E3M demande aux autorités sanitaires de justifier ce chiffre de 10 décès d’enfants.

L’exemple de la rougeole ne peut donc en aucun cas justifier les mesures coercitives envisagées.


L’appel des professionnels de santé : dire NON à l’extension de l’obligation vaccinale

Ce mercredi 26 juillet, des professionnels de santé lancent un appel. Ils s’engagent à refuser de promouvoir l’extension de l’obligation vaccinale, si celle-ci devait être mise en oeuvre.

Ces médecins, infirmiers et sages-femmes sont convaincus de l’utilité de la vaccination et souhaitent garder leur rôle de conseil auprès des patients. Ils soulignent la nécessité d’appréhender finement la balance bénéfice/risque personnelle de chaque individu, tout en tenant compte du bénéfice collectif apporté par la vaccination. De plus, ils demandent la mise à disposition de vaccins sans aluminium.

75 professionnels de santé ont d’ores et déjà signé cet appel, initié par l’association E3M. Les citoyens et professionnels de santé qui le souhaitent peuvent apporter leur soutien aux signataires de l’appel.


CONTACT PRESSE

Didier Lambert, Président de l’association E3M, porte-parole de la campagne Pour des vaccins sans aluminium
didier.lambert@asso-e3m.fr / 06 72 41 20 21

Madame la ministre, imposer 11 vaccinations serait une faute grave

Dans une interview au Parisien du 15 juin 2017, la nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn annonce son intention d’étendre l’obligation vaccinale à onze pathologies. Cette décision a l’apparence d’une action de bon sens : la vaccination est un acte de prévention. Pourtant, l’association E3M et le Revahb se déclarent fermement opposés à une telle mesure.
Lire la suite

Vaccination : dix mesures à prendre d’urgence

À l’occasion de la semaine européenne de la vaccination (23-29 avril 2017), l’Assurance Maladie rappelle aux Français la nécessité de recevoir le rappel pour la vaccination DTP (Diphtérie, Tétanos, Polio).

L’association E3M, qui regroupe des personnes atteintes de myofasciite à macrophages après avoir reçu des vaccins contenant de l’aluminium, tient à rappeler sa position à ce sujet.
Lire la suite

Vaccination (partie 2) : sortir de la confusion

Nous sommes actuellement dans une période de confusion totale. Essayons d’y voir un peu plus clair…

Sur le DTPolio®

Le Conseil d’Etat, dans son arrêt du 8 février, a demandé de la cohérence à la Ministre de la Santé. L’obligation vaccinale concerne diphtérie-tétanos-polio ? Alors, il faut un vaccin correspondant à cette obligation (D+T+P). C’est ce que nous demandons depuis 2008, date de la disparition du DTPolio® (un vaccin qui avait en outre l’avantage d’être sans adjuvant).

Lire la suite

Vaccination (partie 1) : mensonges et désinformation – E3M demande des sanctions

Préalable : Nous rappelons que le vaccin DTPolio® sans aluminium a été retiré du marché en 2008, sous prétexte d’une “augmentation des effets indésirables”. L’association E3M a démontré* que les données avaient été falsifiées par le fabricant.

Depuis le début de l’année, le Dr Robert Cohen et les Pr Philippe Sansonetti et Bruno Lina, « experts » en vaccination, interviennent dans différents médias en tenant des propos mensongers ou quasiment diffamatoires (voir détails ici).

Tout est bon pour cacher l’escroquerie à l’origine de la disparition du DTPolio® en 2008, pour faire croire à l’innocuité de l’aluminium et à l’absence d’alternative, pour faire peur aux français avec le risque « d’une baisse de la couverture vaccinale » dont découlerait « beaucoup de morts ».
Lire la suite

Vaccins : la Ministre de la Santé saura-t-elle écouter l’avis des citoyens ?

Communiqué de presse d’E3M (8 février 2017)

Ce mercredi 8 février 2017, le Conseil d’Etat enjoint à l’Etat, « dans un délai de six mois, et sauf à ce que la loi évolue en élargissant le champ des vaccinations obligatoires, de prendre des mesures ou de saisir les autorités compétentes pour permettre de rendre disponibles des vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination ».
Lire la suite

Des découvertes importantes sur le lien entre aluminium et maladie d’Alzheimer

Le Pr Christopher Exley, spécialiste renommé de la toxicité de l’aluminium, vient de publier un communiqué de presse annonçant des découvertes importantes sur le lien « aluminium – maladie d’Alzheimer ».

Nous avons souhaité le porter à votre connaissance. Vous trouverez ci-dessous la version française avec les coordonnées du Pr Exley et le lien vers la publication scientifique dont il est question.
Lire la suite

Vaccins : E3M réagit aux propos du Pr Philippe Sansonetti sur France 5

Le 4 janvier sur France 5, le Pr Philippe Sansonetti (Institut Pasteur) était l’invité de l’émission C à vous, suite à la publication de son livre Vaccins publié chez Odile Jacob. Il défend ardemment le principe même de la vaccination, notamment dans sa dimension « responsabilité collective ». Lorsque l’on se vaccine, on protège aussi ceux qui nous entourent. Très bien…

Mais le Pr Sansonetti déclare ensuite au cours de l’émission :

« Tant que l’on n’a pas véritablement prouvé cette toxicité des sels d’aluminium, et elle n’est pas prouvée, si c’est le fait d’avoir une petite induration cutanée et un petit peu de fièvre éventuellement après le vaccin (…) tout le reste est construction, tout le reste est mauvaise foi ».

Pourquoi perdre sa lucidité et sa raison dès qu’il est question des sels d’aluminium ? Le Pr Sansonetti peut ne pas avoir mis à jour ses connaissances sur la toxicité de cet adjuvant, mais il n’a pas le droit de parler de « mauvaise foi » à l’encontre de collègues de l’INSERM qui travaillent sur cette question depuis 20 ans.

A-t-il lu le livre du Pr Gherardi Toxic Story (ed. Actes Sud) dans lequel est racontée l’histoire de la découverte de cette toxicité de l’aluminium vaccinal ? A-t-il pris le temps d’y découvrir toutes les manœuvres visant à ce que la recherche sur cet adjuvant soit stoppée ?

A-t-il visionné le film documentaire L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins… ?

A-t-il étudié les derniers travaux scientifiques publiés dans des revues à comité de lecture ?

Sait-il que des chercheurs renommés, comme le Pr Christopher Exley (GB) ou le Pr Yehuda Shoenfeld (Israël), tous les deux leaders dans leur domaine (la toxicité de l’aluminium pour le premier, l’autoimmunité pour le second), reconnaissent les résultats des travaux menés par l’équipe INSERM des Pr Gherardi et Authier (Université Paris Est Créteil – Hôpital Henri Mondor – Créteil) et s’appuient sur leurs découvertes pour mener leurs propres recherches ?

Certes, nul n’est prophète en son pays, mais cette attitude du Pr Sansonetti n’est pas acceptable.

Il doit savoir qu’elle est aussi contre-productive. Car si le Pr Sansonetti pense que nier la toxicité de l’adjuvant aluminium est la meilleure solution pour stopper la méfiance des français vis-à-vis de la vaccination, il se trompe.

Les citoyens consultés lors de la « concertation » nationale sur la vaccination se sont clairement exprimés :

« Les effets indésirables pouvant découler de la vaccination (…) représentent la plus grande crainte liée à la vaccination. Parmi ceux-ci on peut relever les craintes liées aux effets indésirables des sels d’aluminium, principal adjuvant, et leur possible toxicité. (…) La vaccination sans adjuvant, ou avec des adjuvants autres que les sels d’aluminium, semble être un argument majeur pour regagner la confiance en la vaccination. » Avis du jury de citoyens

Vaccination : le comité Fischer fait disparaitre des éléments compromettants de son rapport (17h)

Dans le communiqué de presse envoyé ce jour à 15h20 et intitulé « Comité d’orientation sur la vaccination : une déontologie discutable », nous faisons référence aux annexes du rapport présenté par le comité d’orientation du débat sur la vaccination.

Nous y mentionnons la page 101, qui atteste des débats au sein même du comité sur la question de son rôle, de la réponse à apporter aux critiques formulées par l’association E3M et de la nécessité – ou pas – de respecter la Charte de l’expertise.

Un journaliste vient de nous signaler que cette page 101 des annexes (en ligne) ne traite pas de cette question…
Lire la suite

Concertation sur la vaccination : la déontologie discutable du comité d’orientation (15h)

Le mercredi 30 novembre se tenait la réunion de clôture de la concertation nationale sur la vaccination. Comme nous l’annoncions dans notre communiqué de presse de ce matin, nous souhaitons apporter maintenant quelques éclairages supplémentaires sur cette « concertation ».

Des discours et des actes contradictoires

  • La liberté de la presse, c’est bien sûr sacré !

Mais lorsque des journalistes usent de cette liberté et ont le courage de poser des questions dérangeantes, cela déplait.
Lire la suite