Adjuvant aluminique et asthme : une étude condamnable

Les adjuvants aluminiques pourraient être impliqués dans les troubles du spectre autistique

Une revue très approfondie de la littérature, effectuée par Loïc Angrand et ses collègues (INSERM IMRB), nous alerte.

Il est maintenant prouvé que les adjuvants aluminiques ne restent pas au site d’injection vaccinal et migrent dans l’organisme. Ce fait est admis par la communauté scientifique.

Chez les petits enfants, la barrière hématoencéphalique est immature, ce qui pourrait favoriser la pénétration d’aluminium dans le cerveau. Dans la mesure où il s’agit de particules pro-inflammatoires persistantes, il est essentiel que le cerveau se débarrasse de ce dangereux visiteur, grâce en particulier à son système autophagique (le nettoyeur cellulaire). Or, les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) ont une autophagie susceptible d’être perturbée. 

Lire la suite

Santé Publique : deux leaders d’opinion sanctionnés par la justice

Atteinte à la liberté d’expression

Le 1er février 2022, Youtube a décidé de supprimer le documentaire L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins…,

Toxicité de l’aluminium : l’actualité scientifique de 2021

Notre bulletin scientifique 2021 vous apporte l’actualité scientifique internationale sur la toxicité de l’aluminium, que celui-ci soit injecté, ingéré, inspiré ou absorbé par voie cutanée. Les résumés de ces articles, en Français, vous permettent d’avoir une vue rapide sur leur contenu, avec un lien vers la publication en anglais.

Lire la suite

Le Conseil d’État confirme le lien entre aluminium vaccinal et myofasciite à macrophages

Le 29 septembre 2021, le Conseil d’État a reconnu une nouvelle fois le lien entre la myofasciite à macrophages (MFM) et l’adjuvant aluminium contenu dans de nombreux vaccins[1].

Mme L., atteinte de MFM suite à plusieurs vaccinations (hépatite B, diphtérie, tétanos et polio), a demandé l’indemnisation de ses préjudices auprès de l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux (ONIAM), qui a rejeté sa demande le 14 avril 2016. Mme L., défendue par le cabinet Jégu et associés, a saisi le tribunal administratif de Caen. Celui-ci, le 22 juin 2017, a condamné l’ONIAM à indemniser Mme L..  L’ONIAM ayant fait appel, la cour administrative d’appel de Nantes a annulé ce jugement le 26 novembre 2019. Le Conseil d’État a donc été saisi par Mme L., il vient de rendre son verdict : l’arrêt de la cour administrative d’appel de Nantes est annulé : Mme L. sera donc indemnisée par l’État.

Lire la suite

Covid et vaccination : la position officielle de l’association E3M

L’association E3M s’est exprimée à plusieurs reprises sur la crise du Covid, les traitements et la vaccination. Ce document est une synthèse de notre position, des articles plus conséquents sont disponibles sur notre site (voir ce lien et celui-là).

Résumé de l’article

E3M a toujours dit clairement qu’elle n’était pas opposée au principe même de la vaccination, mais à la présence d’aluminium dans les vaccins. Les vaccins proposés actuellement contre le Covid sont sans aluminium. Dès lors, E3M ne peut pas avoir d’opposition de principe à ces vaccins.

Ainsi, les personnes atteintes de myofasciite à macrophages (MFM) se trouvent dans la même position que la population générale. Mais certains malades présentent des particularités médicales (chocs anaphylactiques à répétition, etc.) justifiant amplement que leur médecin rédige un certificat de contre-indication.

L’opposition d’E3M par rapport aux vaccins à ARNm ou à Adénovirus avec ADN modifié est liée à leur aspect expérimental et aux risques d’effets indésirables à long terme, qui ne sont pas évalués.

Par ailleurs, E3M estime qu’il est inacceptable d’imposer une vaccination (car c’est de cela qu’il s’agit) avec des vaccins expérimentaux. D’autant plus lorsqu’il existe des traitements utilisés dans de nombreux pays avec des résultats très positifs (notamment l’Ivermectine).

Lire la suite

Autopsie d’un assassinat scientifique

Le Pr Christopher Exley, scientifique de renom et spécialiste international de l’aluminium, est devenu « l’homme à abattre » car il a osé s’intéresser de près à la toxicité de cet adjuvant dans les vacsains. Nous relayons aujourd’hui un article d’Hypatie, justement intitulé « Autopsie d’un assassinat scientifique », qui décrit dans le détail cet incroyable scénario de destruction de la connaissance académique mondiale.

L’aluminium est reconnu comme (neuro)toxique, les études internationales ne laissent plus de doute à ce sujet. Son absence dans les déodorants ou les capsules de café est même devenue un argument publicitaire.

À l’origine de cette prise de conscience générale : un réseau international de chercheurs regroupés notamment autour du Professeur Christopher Exley, dénommé Monsieur Aluminium par ses pairs. Tous les deux ans, ils se retrouvent pour des « Keele Meeting » afin d’échanger sur leurs travaux et faire ainsi avancer les connaissances scientifiques. Keele, du nom de l’université anglaise où officie le Pr Exley depuis près de 40 ans.

Lire la suite