RKG-2

La recherche sur l’aluminium vaccinal a besoin de vous !

Les faits scientifiques

L’aluminium est utilisé dans de très nombreux vaccins. Or, cette utilisation est actuellement remise en cause par les récentes découvertes de plusieurs équipes de recherche dans le monde. En effet, l’aluminium est un produit neurotoxique qui persiste dans l’organisme après l’injection et migre dans différentes parties du corps : cerveau, rate, système lymphatique… Il provoque aussi de graves maladies invalidantes comme la myofasciite à macrophages et probablement de nombreuses autres.

Grâce à la mobilisation citoyenne, la recherche porte ses fruits…

Dès sa création en 2001, l’association E3M (qui regroupe les malades de myofasciite à macrophages) a souhaité contribuer au financement des recherches, pour que soient compris les mécanismes d’action de cet adjuvant. Grâce aux dons de centaines de particuliers, E3M a pu ainsi apporter à la recherche 80 000€ en dix ans, soit environ 8 000€ par an.

Grâce à son action militante (plusieurs mois passés devant le ministère de la santé en 2012 et 2013) et à la mobilisation de plusieurs parlementaires, E3M a obtenu que l’Agence du médicament affecte 150 000€ aux recherches menées par l’unité INSERM des Professeurs Gherardi et Authier, qui travaillent sur ce sujet depuis de nombreuses années.

Les résultats de ces recherches arrivent aujourd’hui, et ils sont probants. Découvrez quelques mots du Professeur Gherardi à ce sujet :

… Mais il reste encore beaucoup à découvrir

Cependant, même si ces résultats attestent de la dangerosité de l’aluminium utilisé dans les vaccins et de l’urgente nécessité qu’il ne soit plus utilisé, il est essentiel de poursuivre les recherches pour deux principales raisons :

  • Nous ne connaissons qu’une partie du processus qui favorise la migration de l’aluminium et son accumulation dans certaines parties de l’organisme (cerveau, système immunitaire),
  • Nous ne connaissons qu’une partie des effets indésirables induits par cette bioaccumulation de l’aluminium.

En finançant la poursuite des recherches, nous pourrons ainsi :

  • Identifier d’autres maladies induites par l’aluminium vaccinal,
  • Utiliser les connaissances acquises pour les adapter à d’autres domaines (cancérologie avec l’accumulation d’aluminium dans le système immunitaire, maladies auto-immunes déclenchées par d’autres molécules toxiques comme la silicone, etc.),
  • Trouver les moyens d’éliminer ces produits toxiques qui s’accumulent dans nos organismes.

>> Je donne pour la recherche <<

 

Nous nous sommes engagés pour un financement sur trois ans (2015 à 2017) avec le Conseil Régional d’Île-de-France. E3M apporte 50 000 € et le Conseil Régional triple la somme en apportant 150 000 €. Pour l’année 2016, nous devons donc réunir 17 000€.

Les autorités sanitaires connaissent les derniers résultats des travaux menés par l’unité INSERM des Pr Gherardi et Authier. Et pourtant, rien ne se passe… Nous agissons bien sûr pour que cette inertie cesse au plus vite.

Mais le temps presse, et nous sommes profondément inquiets. Nous pensons qu’il faut nous mobiliser et apporter au plus vite aux chercheurs les moyens de poursuivre et approfondir leurs travaux.

>> Je donne pour la recherche <<

 

Et pour ceux qui ont la possibilité de déduire ce don de leurs impôts, c’est aussi une façon d’obliger l’Etat à prendre ses responsabilités puisqu’il financera ainsi indirectement les recherches sur l’aluminium vaccinal !

Un grand merci pour votre soutien !

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>