[Le Monde] Adjuvants des vaccins : « Comprendre qu’en matière de sécurité tout était faux fut un choc »

À une époque de profondes mutations, le rapport au temps est chamboulé. Nous avons invité des personnalités et des anonymes à se confier sur ce sujet. Cette semaine, le professeur et lanceur d’alerte Romain Gherardi.

Chef du service du Centre expert de pathologie neuromusculaire de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne), Romain Gherardi a signé, fin 2016, un ouvrage (Toxic Story, Actes Sud) dans lequel il narre son odyssée de lanceur d’alerte concernant les effets des adjuvants aluminiques présents dans les vaccins. De quoi revenir sur le temps médical et la recherche fondamentale.

>> Lire la suite

[Basta] « Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ? »

C’est une décision qui pourrait bien venir bouleverser les pratiques vaccinales. Et l’on ne sait pas encore dans quel sens : un vaccin DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite) sans aluminium sera-t-il prochainement accessible, comme le demandent plusieurs associations ? Ou l’obligation vaccinale sera-t-elle étendue, de trois à onze maladies, comme le suggère la controversée concertation citoyenne sur la vaccination (lire notre article) ? La décision qu’a rendue mercredi 8 février le Conseil d’État est claire : dans les six mois qui viennent, le gouvernement doit s’assurer de la mise à disposition d’un vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, sans autre valence, c’est à dire sans molécules supplémentaires concernant d’autres maladies. Ce vaccin est aujourd’hui introuvable : il est associé à la coqueluche (au minimum), à l’hépatite B, et l’haemophilus influenzae de type b, un germe qui provoque des méningites.

 

>> Lire la suite

[Reporterre] « Vaccination : les autorités n’écoutent pas les citoyens »

« Pour dissiper la méfiance grandissante de la population envers les vaccins, le ministère de la Santé lançait, il y a un an, une concertation nationale sur la question. Las : ses conclusions, explique l’auteur de cette tribune, sont très éloignées des avis formulés par les jurys citoyens et les préoccupations citoyennes formulées en ligne. »

Didier Lambert est le porte-parole de la campagne pour des vaccins sans aluminium. Président de l’association E3M (Entraide aux malades de myofasciite à macrophages), il est favorable à une vaccination raisonnée et sécurisée.

 

>> Lire la suite

France soir : Conflits d’intérêts en santé, les obligations de transparence « renforcées »

« Le ministère de la Santé a indiqué dans un communiqué que les professionnels de santé devront rendre publiques davantage d’informations concernant leurs liens avec les entreprises de produits de santé. Cela « renforce » les dispositions prises en 2014 pour prévenir les conflits d’intérêts. »

>> Lire l’article

France culture : sommes-nous tous égaux face à la vaccination ?

« Depuis quelque temps, on entend beaucoup parler des adjuvants vaccinaux, notamment ceux à base d’aluminium, un produit neurotoxique reconnu. » Emission en présence de Romain Gherardi, neuropathologiste, chef de service du Centre expert en pathologie neuromusculaire de l’hôpital Henri-Mondor (à Créteil). Il est l’auteur de Toxic story (Actes Sud, 2016).

>> Ecouter l’émission

Basta : « Malgré la concertation sur la vaccination, des experts refusent le débat sur les adjuvants »

Pourquoi la question de l’aluminium vaccinal – un adjuvant présent dans de nombreux vaccins – ne figure-t-elle pas dans les recommandations de la concertation citoyenne sur la vaccination ? Malgré les avis des jurys de citoyens et des professionnels de santé, chargés d’étudier la question, le comité d’orientation n’a pas retenu les arguments en faveur de la réintroduction de vaccins sans aluminium ou de la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les adjuvants et leurs effets. C’est ce qui transparait dans les recommandations émises le 30 novembre dernier, lors de la présentation des résultats de cette concertation nationale sur la vaccination lancée il y a six mois.

>> Lire la suite de l’article

France 3 Bretagne : « Aluminium dans les vaccins, des dégâts irréparables pour certaines personnes »

La myofasciite à macrophages concerne de plus en plus de patients. Maladie douloureuse, le diagnostique est trop long à poser, pouvant aller jusqu’à 10 ans. Utilisé comme adjuvant dans les vaccins, l’aluminium est responsable de la myofasciite, et touche des patients dits « plus sensibles » : leur organisme n’arrive pas à éliminer normalement l’aluminium.

Interview de Suzette, vice-présidente de l’association E3M (Entraide aux malades de myofasciite à macrophages), dans France 3 Bretagne.

>> Voir la vidéo