noun_10233_cc

Gardasil : un vaccin à suspendre d’urgence

Résumé du dossier

Le Président de la République a annoncé le 4 février 2014 les grandes lignes du Plan cancer 2014-2019. Celui-ci prévoit de généraliser le dépistage systématique du cancer du col de l’utérus mais aussi d’étendre la vaccination contre le papillomavirus (HPV).

Les vaccins utilisés contre le HPV, Gardasil et Cervarix, contiennent de l’aluminium comme adjuvant.

De forts soupçons pèsent sur cet adjuvant.

La Commission de Conciliation et d’Indemnisation (CCI) reconnait l’existence d’un lien entre la vaccination contre le HPV (Gardasil) et l’encéphalomyélite aigue disséminée développée par Océane Bourguignon. D’autres jeunes femmes, atteintes de pathologies diverses, ont déposé plainte. D’autres encore sont atteintes de myofasciite à macrophages, pathologie induite par l’aluminium utilisé comme adjuvant vaccinal, après cette même vaccination.

Compte-tenu de ces éléments, le simple bon sens imposerait que ces vaccins contre le HPV ne bénéficient d’aucune promotion particulière tant que les études en cours (financées en partie par l’Agence du Médicament) n’auront pas apporté leurs conclusions.

Il pourrait être dérogé à ce principe si le vaccin envisagé apportait une amélioration significative du service rendu à la population. Or, ce n’est pas le cas des vaccins contre le HPV.

A la lecture de documents officiels (voir le dossier intégral) émanant de la Haute Autorité de Santé (HAS), du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP), de l’Agence Européenne du Médicament (EMA), de l’Institut National du Cancer (INCA), de la Cour des Comptes, il apparait clairement que la vaccination contre le HPV, par le Gardasil ou le Cervarix, soulève de nombreuses questions :

  • Le cancer du col de l’utérus représente 0,7 % de l’ensemble des décès par cancer, tous sexes confondus,  L’efficacité du vaccin contre le cancer du col de l’utérus n’est pas démontrée, sa durée d’immunité est
    incertaine, il n’existe pas d’études sur le long terme,
  • Ce vaccin fait l’objet de nombreuses alertes depuis plusieurs années. Des effets indésirables graves lui sont imputés, l’aluminium pourrait en être la cause principale,
  • Le frottis cervico-utérin est le meilleur mode de prévention du cancer du col de l’utérus. Sa généralisation suffirait à réduire fortement le nombre de décès par cancer du col de l’utérus, qui passerait de 1000 cas par an à moins de 200. Coût du frottis généralisé à toute la population: 87,8 M° d’euros (hors coût de la visite médicale),
  • Le coût de la vaccination, si elle était généralisée, serait prohibitif : 926 M° d’euros pendant 3 à 5 ans (période de « rattrapage », liée à la mise en place de la généralisation). Puis 148 M° d’euros par an (hors coût de la visite médicale), voire plus si des rappels étaient nécessaires.
  • Ceci n’inclue bien sûr pas les coûts (directs et indirects) générés par les pathologies liées à cette vaccination,
  • Une très forte campagne d’ « information » est prévue pour inciter à la vaccination. L’Agence du Médicament a, par le passé, déjà interdit l’une d’entre elles, pour propos mensongers. Les informations déjà dispensées visent à culpabiliser les mères de jeunes adolescentes, ce qu’Elena Pasca (philosophe, membre de la fondation Sciences Citoyennes) nomme le « pharmacommerce de la peur ».
  • Il est envisagé que des interventions dans les collèges soient réalisées à grande échelle, et que soient mises en œuvre « les conditions d’amélioration de l’accès à la vaccination pour les mineures dont les parents n’acceptent pas la vaccination ».

Cette action des pouvoirs publics vis-à-vis des parents « qui n’acceptent pas la vaccination » contre le HPV est particulièrement choquante. Est-ce là le respect de la démocratie sanitaire dans un État de droit ?

>>> Lire le dossier intégral

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>