medicament-format

Nos instances sanitaires n’apprennent pas des scandales passés

Inertie, légèreté, incompétence ou conflit d’intérêts graves aboutissant à l’invalidation de milliers de vies et à des centaines de morts pour le profit des laboratoires, des industries ? Telle est la question que l’on peut légitimement se poser après « l’éclosion » du énième scandale sanitaire sur la Dépakine.

Comme dans les autres scandales, les agences sanitaires connaissaient les risques ; là, depuis 1980 !
Comme dans les autres scandales, elles n’ont pas communiqué en direction des prescripteurs pour limiter le risque.
Comme dans les autres scandales, elles ont maltraité, marginalisé, ou ignoré les lanceuses d’alerte, mères et victimes.
Des milliers d’enfants dont les vies (ainsi que celles de leurs familles) ont été bousillées parce que l’on n’écoute pas, parce que l’on méprise ou parce que l’on a pas intérêt à…

Responsables ET coupables ! Comment ne pas en venir à cette conclusion ?

Nous, victimes d’effets indésirables liés aux adjuvants vaccinaux aluminiques, parce que nous sommes maltraités par les agences de santé, par les institutions, par le corps médical pas, ou mal informé et surtout mal à l’aise face ce qu’il a pu généré au travers d’un acte de prévention qui a mal tourné, ne pouvons assister à ce spectacle de déni permanent (pour ne pas dire à ce négationnisme) sans une certaine colère

Comment pouvons nous accueillir, au long des années qui passent, de nouvelles victimes, souvent très jeunes, en sachant que leur accident vaccinal aurait pu être évité, sans en vouloir au ministère de la santé qui ne prend pas en compte les recherche indépendantes de chercheurs de l’Inserm, et alors que l’institut Pasteur avait, lui, spontanément retiré l’adjuvant aluminique durant 40 ans suite aux alertes des années 70 ?

Alors oui, face aux mensonges et aux louvoiements des responsables de la santé publique, face aux falsifications et dissimulations des producteurs de médicaments, nous prenons date…

Après cette liste de scandales (non exhaustive) :
– L’amiante
– Les effets des essais nucléaires
– Le Distilbène
– Le Chlordécone
– L’hormone de croissance
– Le scandale de l’Isoméride
– Le sang contaminé
– Le Médiator
– La Dépakine
Demain, ce sera probablement le tour de l’aluminium, adjuvant des vaccins, et d’autres médicaments !

Demain, nous devrons élire de nouveaux responsables politiques au travers des élections présidentielles et législatives… au travers de notre vote de citoyen, nous pouvons choisir de reconduire des équipes politiques qui ne gèrent pas ces alertes sanitaires depuis des décennies (depuis près d’un siècle) ou orienter notre vote vers ceux pour qui l’environnement et la santé humaine passent avant les intérêts des groupes industriels et de la finance.

Pour ma part, je ne pourrai plus voter pour ceux qui n’ont pas voulu protéger la santé de leurs électeurs.

Un texte écrit par Yves Ketterer


Source de l’image

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>