Laurence Cohen

L’extension de l’obligation vaccinale est votée par les parlementaires, nous ne lâchons rien

Le 16 novembre, les sénateurs ont voté l’article 34, qui autorise l’extension de l’obligation vaccinale à onze pathologies (322 pour, 19 contre). Les députés s’étaient eux aussi prononcés en faveur de ce projet de loi le 27 octobre (63 pour, 3 contre). Nous ne pouvons pas rester indifférents face à la façon dont cette décision a été prise. Par ailleurs celle-ci, bien qu’attendue, ne répond pas aux craintes réelles des Français.

Nous, association E3M, victimes de l’adjuvant aluminium, avons interpellé les parlementaires. Nous leur avons envoyé un rapport par courrier, une lettre ouverte par email, des cyberactions et nous en avons rencontré un certain nombre. Nous souhaitions les informer de certaines fausses informations qui ont circulé à l’Assemblée nationale et au Sénat pour justifier la nécessité d’élargir l’obligation vaccinale. Parmi ces fausses informations : la baisse de la couverture vaccinale, le nombre de morts de la rougeole et l’absence d’alertes sérieuses sur l’aluminium vaccinal. Nous y avons répondu dans une note détaillée.

Pourtant, peu de parlementaire ont repris ces arguments. La Ministre de la Santé et les autorités de santé ont utilisé de fausses informations devant la représentation nationale. Ceci est navrant et très inquiétant pour notre démocratie…

Parmi les sénateurs qui ont voté contre ce projet de loi, Laurence Cohen, vice-présidente de la Commission des affaires sociales au Sénat et membre du conseil d’administration de l’agence du médicament, est intervenue avec force :

« Est-ce qu’ici dans cet hémicycle, y compris moi, on a proposé de supprimer les vaccins ? Ce n’est pas la proposition. Il y a un problème d’ordre scientifique qui pose la difficulté des adjuvants aluminique. Est-ce qu’il y a des alternatives ? Oui (…) Pourquoi le ministère de la Santé ne finance pas une équipe pour une recherche qui va aller jusqu’au bout ? »

 

 

L’action continue, sous d’autres formes

Face à cette nouvelle situation, nous n’allons pas baisser les bras. C’est l’aluminium qui nous pose problème, pas le principe même de la vaccination. Et l’aluminium est contenu dans de nombreux produits de notre vie quotidienne : les cosmétiques, l’eau, l’alimentation, etc. Or, des alertes existent aussi dans toutes ces utilisations (cancer du sein, maladie d’Alzheimer, maladies digestives, etc).

C’est pourquoi nous initions aujourd’hui un mouvement européen pour que les recherches sur l’aluminium dans la globalité de ses utilisations soient financées dans les plus brefs délais. Nous agirons auprès des autorités européennes. Et nous ferons aussi appel au financement citoyen, car le temps presse.

L’étape suivante, au vu des résultats des recherches, sera d’obtenir le retrait de l’aluminium de tous ces produits, puisque des alternatives existent.

Et pour lancer ce mouvement, nous organisons un colloque sur l’aluminium dans notre vie quotidienne au Palais du Luxembourg, le 27 novembre 2017, en présence de scientifiques internationaux (Angleterre, Suisse, Autriche, Espagne, France).Les interventions et les débats seront filmés et rendus publics après le colloque. C’est le début d’une nouvelle mobilisation citoyenne, et nous espérons vous compter parmi nous pour la mener à bien ! Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter pour ne rien manquer des actualités.

 

Ce qui va changer en 2018

L’extension de l’obligation vaccinale concernera les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, elle ne sera pas rétroactive. Les vaccins obligatoires seront :

– Diphtérie, tétanos, polio (les trois obligatoires aujourd’hui)
– Coqueluche, haemophilus influenzae de type b, hépatite B
– Rougeole, oreillons, rubéole (sans aluminium)
– Pneumocoque
– Méningocoque C

Les enfants recevront 10 injections jusqu’à l’âge de deux ans. Ces vaccinations sont obligatoires pour l’entrée en collectivité (crèche, école, etc.), sauf contre-indication médicale. Les enfants nés avant le 1er janvier 2018 restent dans le cadre de la loi actuelle : l’obligation vaccinale concerne diphtérie, tétanos et polio.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>