L’ASEF (Association Santé Environnement France) : pour des vaccins sans aluminium

Dr Pierre Souvet

Président de l’ASEF (Association Santé Environnement France)

« A mes yeux, il est important de se faire vacciner. Néanmoins, il est capital que chacun puisse décider en connaissance de causes d’opter pour un vaccin avec ou sans aluminium. Il y a quelques années, cette alternative était d’ailleurs possible.

Il me semble donc important aujourd’hui que l’offre de vaccin sans aluminium soit rétablie. Mais aussi que la recherche sur la question des adjuvants soit soutenue et qu’un débat démocratique transparent puisse avoir lieu. Informer, c’est le début de la liberté. »

Jean-Louis Roumégas : pour des vaccins sans aluminium

Jean-Louis Roumégas

Député de l’Hérault
Co-président du groupe d’études Santé-Environnement de l’Assemblée nationale
Membre de la Commission des affaires sociales

« Jean-Louis Roumégas, député de l’Hérault, co-président du groupe d’études Santé-Environnement de l’Assemblée nationale, membre de la Commission des affaires sociales, est particulièrement sensible à la question de l’aluminium vaccinal.

Le vaccin DTP contre la Diphtérie le Tétanos et la Poliomyélite est obligatoire, mais il n’existe pas sans aluminium. Il n’y a aucune raison, alors qu’un vaccin DTP sans aluminium a existé de 1966 à 2008, de ne pas laisser le choix aux enfants et à leurs parents. Il n’est pas plus justifié d’imposer la vaccination contre d’autres maladies dans le cadre des vaccins obligatoires.

Dans le cadre de l’examen de loi de Santé en avril 2015, Jean-Louis Roumégas a déposé plusieurs amendements visant à permettre de nouveau la production de vaccins sans aluminium et contenant uniquement les valences obligatoires.

Il a également animé plusieurs colloques sur le sujet à l’Assemblée nationale.

Il continuera, jusqu’à la fin de son mandat, à oeuvrer pour réorienter la politique de vaccination au service des patients. »

Pierre Laurent : pour des vaccins sans aluminium

Pierre Laurent

Secrétaire National du Parti Communiste Français
Sénateur de Paris
Conseiller régional Ile-de-France

« Depuis juillet 2011, les parlementaires communistes n’ont cessé d’intervenir, notamment auprès de la Ministre de la santé, sur la question des sels d’aluminium et des vaccins. Deux thèmes revenaient régulièrement : la recherche doit être financée, et, dans l’attente des résultats de ces travaux, les familles qui le souhaitent doivent pouvoir bénéficier d’un vaccin sans aluminium correspondant à l’obligation vaccinale.

Malgré ses promesses, le comité de pilotage promis en 2012 par Mme M.Touraine, n’a jamais vu le jour. Pire, elle a annoncé que la remise à disposition d’un DTPolio sans aluminium n’était pas envisagée, alors que les solutions techniques et légales existent.

Le gouvernement doit prendre des décisions courageuses et privilégier la santé publique à tout autre intérêt.
Pour toutes ces raisons et bien d’autre, j’apporte mon soutien à la campagne de l’association E3M pour la remise à disposition d’un vaccin de base sans aluminium. »

Barbara Romagnan : pour des vaccins sans aluminium

Barbara Romagnan

Députée PS de la 1ère circonscription du Doubs (Besançon Ouest)
Membre de la Commission du Développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale
Membre de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes
Docteure en Science politique

« L’Etat actuel des connaissances scientifiques sur la présence de sels d’aluminium utilisés comme adjuvant dans les vaccins, nous permet d’établir un lien entre le déclenchement de la Myofasciite à Macrophages et la vaccination aluminique. Ainsi, le lien ayant été établi et reconnu par le Conseil d’État à maintes reprises, il me semble urgent, au titre du principe de précaution, d’adopter des mesures adéquates visant à prévenir ce risque. Soutenir la campagne « pour des vaccins sans aluminium », c’est encourager la recherche de nouveaux adjuvants non neuromigrants qui pourraient, à terme, remplacer l’alumine. C’est également ouvrir le débat sur la possibilité du choix entre un vaccin avec aluminium et sans aluminium.

Car au-delà de la controverse scientifique, la question des sels d’aluminium dans les vaccins soulève un enjeu de taille qui est celui de l’obligation vaccinale et plus largement de la vaccination en générale. Les inquiétudes légitimes de la population, que suscite le risque de survenue d’effets indésirables liés à cet adjuvant, doivent être entendues et donner lieu à des réponses claires et transparentes. Sans cela, la méfiance des concitoyens envers la vaccination ne cessera de croître.

Alors que l’on observe une baisse de la vaccination en France comme dans l’ensemble des pays européens, il est de notre responsabilité collective, quant au déploiement de certaines épidémies, d’engager un débat public participatif sur ces enjeux. La mise en place de politiques de santé publique sur cette question ne doit, pour des raisons de conflits d’intérêts, entretenir aucun lien avec les industries pharmaceutiques. Les victimes de la toxicité de l’aluminium et les craintes partagées et grandissantes d’une partie de la population et des experts sont autant de raisons qui nous obligent à nous mobiliser. »

Jean Lassalle parraine la campagne « Pour des vaccins sans aluminium »

Jean Lassalle

Député non-inscrit des Pyrénées-Atlantiques

« Je soutiens sans réserve, parce que je l’ai soutenu depuis le premier jour, le combat de Martine Sempietro et d’E3M. Elle n’a pas hésité, avec ses amis, à conduire une grève de la faim des semaines durant à Paris à propos de la présence de sels d’aluminium dans les vaccins. Elle m’apprend qu’elle lance maintenant une campagne médiatique pour des vaccins sans aluminiums.

100 000 personnes ont déjà signé la pétition citoyenne. Je souscris et adhère totalement à la démarche de santé publique, encore une fois, si courageusement engagée. »

Michèle Rivasi marraine la campagne « Pour des vaccins sans aluminium »

Michèle Rivasi

Eurodéputée EELV

« Les conséquences sur la santé des sels d’aluminium présents dans les vaccins comme adjuvant sont maintenant avérées. L’Institut de veille sanitaire (INVS) dans un rapport de 2003 et l’Académie de médecine, en 2012, ont reconnu son impact neurotoxique. En avril 2012, la future Ministre de la Santé, Marisol Touraine, affirmait d’ailleurs que les sels d’aluminium ont un possible potentiel cancérigène et perturbateur endocrinien.

Grâce à des travaux de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l’Académie de médecine, il est également reconnu que les sels d’aluminium utilisés dans les vaccins migrent vers le cerveau.

Or, des alternatives à l’aluminium existent comme le phosphate de calcium, qui présente toutes les garanties de sécurité, puisqu’il est un composant naturel de l’organisme humain. Combien faudra t-il d’études publiées alarmistes pour que la Ministre respecte sa parole ? »

Laurence Cohen marraine la campagne « Pour des vaccins sans aluminium »

Laurence Cohen

Sénatrice communiste
Vice-Présidente de la commission des Affaires Sociales

« Sénatrice communiste et Vice-Présidente de la commission des Affaires Sociales, je soutiens et marraine la campagne lancée par l’association E3M.

Depuis plusieurs années, je suis à leurs côtés pour obtenir des autorités sanitaires que le choix des familles soit respecté avec la remise sur le marché de vaccins sans sels aluminium. De nombreuses recherches scientifiques ont montré la toxicité de l’aluminium sur l’organisme, les conséquences doivent en être tirées !

C’est un véritable bras de fer que nous avons engagé auprès des laboratoires pharmaceutiques et de la Ministre, pour obtenir gain de cause. Je continuerai à me battre pour que soient entendus les malades et pour que la population retrouve une pleine confiance en notre politique vaccinale. »

Ni idéologues, ni antivaccins, nous alertons nos concitoyens

Le 13 novembre, France Inter a consacré son émission “Secrets d’info” à la vaccination : “Antivaccins : lanceurs d’alerte ou idéologues ?”. Commentaires de l’association E3M (Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages), mobilisée depuis 2001 sur les risques liés à l’aluminium utilisé comme adjuvant vaccinal :

E3M est sensible à l’attention portée par France Inter aux malades de myofasciite à macrophages (voir de 17’15 à 20’15), dont la vie a été brisée par l’injection de vaccins contenant de l’aluminium (lien de cause à effet scientifiquement prouvé, reconnu par la justice). Ces malades se compteraient, selon certaines sources, par milliers et ne peuvent en effet plus être ignorés.
Lire la suite