20300904850_2c70e3dcbe_b

[Désintox] L’agence du médicament doit mettre à jour ses données sur la myofasciite à macrophages

Mardi 2 janvier 2018, France Info a diffusé ces propos tenus par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) :

« Il y a très très peu de patients qui font état de myofasciite à macrophages* à la suite d’un vaccin. Nous n’avons aucun signalement depuis 2015. Au long cours, on en a eu assez peu : moins de 10 cas diagnostiqués depuis 2006. »

Cette information de l’ANSM est fausse.

Parmi les adhérents de l’association E3M, 89 personnes ont été diagnostiquées entre 2006 et 2017 (certificat de biopsie faisant foi). Le chiffre réel est bien supérieur, la totalité des malades n’adhérant pas à l’association.

Les chiffres émanant du centre de référence sur la myofasciite à macrophages (Pr Authier – hôpital Henri Mondor, Créteil) font état, pour ce seul centre, de 213 cas positifs entre le 01 janvier 2006 et le 31 décembre 2017.

Ces données ne représentent que la partie émergée de l’iceberg.

Si l’on veut connaître le nombre exact de personnes atteintes de myofasciite à macrophages, l’ANSM doit arrêter de proclamer que cette maladie n’existe pas et au contraire informer l’ensemble des médecins de France. C’est ce qui s’appelle mener une pharmacovigilance active, comme l’association E3M n’a eu de cesse de le demander (dossier présidentielles 2017, page 10). L’article de France Info démontre malheureusement que cela reste toujours un vœu pieu.

Les victimes apprécieront…


* La myofasciite à macrophages est une pathologie provoquée par l’aluminium contenue dans de nombreux vaccins. Elle se caractérise par une fatigue chronique, des douleurs musculaires et articulaires chroniques et des difficultés neurocognitives.

Pour en savoir plus : www.vaccinssansaluminium.org et www.asso-e3m.fr


La photo date de 2013. Elle a été prise à l’occasion d’une grève de la faim, menée par une vingtaine de malades de l’association E3M devant le Ministère de la Santé, pendant plusieurs mois et à tour de rôle. Cette mobilisation a permis d’obtenir une décision forte : l’État s’est engagé à financer à hauteur de 150 000€ la recherche sur l’aluminium vaccinal des Pr Gherardi et Authier, dont les résultats sont aujourd’hui parus.

 

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>