100 chercheurs internationaux se mobilisent pour soutenir les travaux incontestables du Pr Chris Exley

Le Pr Christopher Exley, dénommé Monsieur Aluminium par ses pairs, se voit retirer tous les moyens de poursuivre ses travaux par les autorités de son université de Keele (UK). Pourquoi vouloir ainsi bloquer une recherche académique indispensable à la santé publique ?

Contexte

L’aluminium est un composant très utile pour le fonctionnement de nos sociétés. Mais il peut être aussi un puissant (neuro)toxique, dès lors qu’il s’introduit dans le corps humain.

Plusieurs équipes le scrutent dans le monde entier, cherchant à déterminer son rôle dans la survenue de maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson) ou du neurodéveloppement (troubles du spectre autistique, troubles de l’attention et de l’hyperactivité), de cancers (notamment du sein), de maladies digestives (Crohn), d’encéphalomyélite myalgique / syndrome de fatigue chronique (myofasciite à macrophages), etc. Les charges s’accumulent vis-à-vis de l’aluminium, qu’il pénètre dans nos organismes via les aliments, l’eau de l’adduction ou les produits de santé (antitranspirants, pansements gastriques, vaccins, etc). Son absence dans les produits de la vie quotidienne (déodorants, capsules de café) est devenue un argument publicitaire.
 

Les faits

Tout ceci représente une réelle menace pour les industries grandes utilisatrices de ce métal “précieux”. C’est sans doute pour cette raison que le plus grand expert de la toxicité de l’aluminium, le Pr Christopher Exley, de l’Université de Keele (UK) est aujourd’hui attaqué. 

Depuis 30 ans, il accumule les connaissances, réunit tous les deux ans ses collègues lors des “Keele meeting”, publie dans des revues à comité de lecture (plus de 200 articles à ce jour). 

Le Pr Exley est mu par le seul souci de la vérité scientifique et du Bien Commun. Il a découvert des quantités anormalement élevées d’aluminium dans le cerveau de personnes atteintes d’Alzheimer, mais aussi de personnes autistes, et il l’a fait savoir, notamment lors d’un colloque qui s’est tenu au Sénat Français le 27 novembre 2017. Des fondations, des associations de parents d’enfants autistes, notamment nord-américaines, ont alors décidé de soutenir ses recherches. Quoi de plus normal, quand on est parent, que de vouloir comprendre ce qui a pu entraîner un handicap majeur chez son enfant ? 

Le journal anglais The Guardian se prêta alors à une mascarade de journalisme, le qualifiant d’antivax, un terme très pratique et très à la mode, sans aucun élément de preuve ni aucune analyse de ses travaux, et le désignant ainsi à la vindicte populaire.

Les autorités de l’Université de Keele s’empressèrent de le déclarer coupable, sans même l’entendre. Ils décidèrent de lui couper les vivres ; c’en est fini de son groupe de recherche dans quelques mois.

Du moins le pensaient-ils. 

La réaction internationale

Mais les chercheurs de l’aluminium ne l’entendent pas de cette oreille. Un appel lancé par 6 d’entre eux dénonce une décision non seulement inique, mais aussi profondément dangereuse pour la santé de l’humanité. Les études sur la toxicité de l’aluminium doivent tout au contraire se développer, le Pr Exley et son groupe doivent poursuivre leur mission et être protégés par leur Université. La liberté de recherche académique doit être respectée, c’est un devoir de la plus haute importance.

De nombreux membres de leur communauté, représentant 29 pays et une grande diversité de domaines de recherche, les ont rejoints. Vous trouverez sur ce lien la liste de ces 100 signataires, ainsi que leurs commentaires, comme celui-ci :

« Le professeur Exley est le scientifique le plus influent et le plus prolifique travaillant sur la biochimie de l’aluminium sur la planète. Refuser ses tentatives de lever des fonds pour ses recherches est clairement motivé par un programme visant à supprimer toute recherche qui contrarie divers secteurs économiques ». 

Autre remarque pleine de justesse de la part de l’un des signataires, cette citation de Blaise Pascal : « La vérité est si obscure en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître. »

Lire l’appel

Liste des 100 signataires et leurs commentaires


BIOGRAPHIE DU PR CHRISTOPHER EXLEY 

Le Professeur Christopher Exley est professeur de biochimie inorganique au Centre Birchall, Université Keele, Staffordshire, Royaume-Uni. Il est aussi professeur honoraire à l’UHI, University of the Highlands and Islands, Millennium Institute.

Le Pr Exley est biologiste, avec un doctorat en écotoxicologie sur l’aluminium. Sa carrière dans la recherche, depuis 1984, a mis l’accent sur un paradoxe intrigant : « En quoi le troisième élément le plus abondant de la croûte terrestre (l’aluminium) est-il non-essentiel et largement hostile à la vie ? ».

Élucider ce mystère a nécessité des travaux de recherche dans des domaines multiples, depuis la chimie inorganique de base jusqu’à la disponibilité biologique de l’aluminium chez l’homme.

Le Pr Exley s’intéresse également à l’élément silicium qui, comme deuxième élément le plus abondant de la croûte terrestre, est également presque dépourvu de fonction biologique, si ce n’est possiblement de maintenir l’aluminium hors du système biologique. Ce domaine d’étude constitue une grande partie de la recherche du Pr Exley.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *