devant-ministere-retravaillee

L’association E3M contribue à la concertation nationale sur la vaccination

Préambule

Le 12 janvier 2016, Marisol Touraine, Ministre de la Santé, lançait une Concertation Nationale sur la vaccination pilotée par un comité d’organisation présidé par le Pr Fischer. Des jurys de citoyens et de professionnels de santé ont progressivement été mis en place.

Le Comité d’Organisation a souhaité entendre E3M. Nous avons décliné l’invitation, car nous contestons la composition du Comité d’Organisation, celle-ci n’étant pas conforme à la Charte de l’expertise. Certains membres sont en effet en situation de conflits d’intérêts majeurs avec l’industrie pharmaceutique.

Les jurys citoyens et professionnels de santé ont demandé à auditionner E3M, ce que nous avons bien sûr accepté.

Notre conviction profonde, à l’issue de ces rencontres, est celle-ci : la perte de confiance de la population vis-à-vis de la vaccination est actuellement liée aux risques associés à la présence d’aluminium dans les vaccins, ce que les jurys tant de citoyens que de professionnels de santé ont clairement signifié. Les alertes scientifiques sont indiscutables et justifient ces craintes.

Le choix politique, à l’issue de cette concertation, sera-t-il d’entendre les alertes scientifiques et la volonté de la population que des vaccins sans aluminium soient remis sur le marché ? Des mesures rapides allant dans ce sens seront-elles enfin prises ?

Nous, association E3M, représentons des personnes devenues malades suite à l’injection d’un vaccin qui contenait de l’aluminium. Notre objectif : éviter que d’autres ne subissent le même sort. Voici dix mesures que nous préconisons dans le cadre de cette concertation, pour que la population retrouve confiance dans la vaccination.

N’hésitez pas à vous en servir pour donner votre avis sur le site du ministère dans le cadre de cette concertation nationale ! Plus nous serons nombreux à soulever la question de l’aluminium vaccinal, plus nous serons entendus.

Vaccination : les 10 mesures d’E3M pour redonner confiance à la population

Mesure 1 – C’est à l’Etat de piloter la politique vaccinale, et non à l’industrie

La Ministre de la Santé a reconnu que le retour d’un vaccin sur le marché ne dépend pas d’elle mais « de la volonté d’un industriel ». Nous contestons cette situation. Lorsque la Santé Publique le nécessite, l’Etat doit être en capacité d’exiger d’un industriel la fabrication et la commercialisation d’un produit de santé répondant aux besoins identifiés.

Mesure 2 – Créer un corps d’Experts en Santé Publique indépendants

Il faut que la politique vaccinale soit élaborée en toute transparence, avec le conseil d’experts sans lien d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique. Ce corps d’experts en Santé Publique sera contrôlé par une autorité indépendante intégrant les représentants des associations d’usagers du système de santé.

Mesure 3 – Assurer une vraie transparence des liens d’intérêts

Tout lien d’intérêt entre experts et industrie pharmaceutique, qu’il soit direct ou indirect, sera rendu public. La déclaration d’intérêts précisera le montant des financements et le nom des financeurs. Tout expert qui ne déclarerait pas ses liens d’intérêts (ou une partie de ses liens) sera, au minimum, radié de sa fonction d’expert.

Mesure 4 – Renforcer la recherche publique

Il aura fallu une forte mobilisation d’E3M devant le ministère de la santé en 2012 et 2013 pour que la Ministre de la santé décide d’accorder fin 2013 150 000 € à la recherche sur l’aluminium vaccinal. Depuis cette date, et malgré les recommandations de nombreux organismes, les recherches n’ont pas été intensifiées. Un budget public doit donc dorénavant être affecté à l’évaluation des effets indésirables des produits de santé (dont les vaccins).

Mesure 5 – Renforcer la pharmacovigilance

Pour mieux évaluer le risque, l’Agence du Médicament doit informer le corps médical des risques émergents liés aux vaccins. Il sera en outre rappelé aux professionnels de santé qu’ils doivent déclarer tout effet indésirable d’un produit de santé aux services officiels de pharmacovigilance.

Mesure 6 – Inclure les vaccins sans aluminium dans le stock de « médicaments à intérêt thérapeutique majeur »

La loi de modernisation de notre système de santé, promulguée le 26 janvier 2016, prévoit que soit constitué un stock de médicaments à intérêt thérapeutique majeur. Nous demandons une confirmation comme quoi les vaccins sans aluminium seront bien intégrés à ce stock, comme cela a été annoncé dans le débat parlementaire. La mise à disposition de ces vaccins sans aluminium aux personnes allergiques et à leur famille devra ensuite concerner l’ensemble de la population.

Mesure 7 – Remettre à disposition le DTPolio sans aluminium

La commercialisation du DTPolio Mérieux, sans aluminium, a été suspendue en 2008, pour « hausse d’effets indésirables non graves », alors qu’il était utilisé depuis 1966. Nous avons apporté la preuve de la falsification des données à l’origine de la disparition de ce vaccin.
– Le gouvernement doit diligenter une enquête sur les faits de falsification que nous avons rapportés ;
– Le DTPolio Mérieux sans aluminium doit être remis à disposition du public.

Mesure 8 – Remettre à disposition des vaccins adjuvantés sur phosphate de calcium

Le phosphate de calcium, utilisé par l’Institut Pasteur entre 1974 et 1986, est un composant naturel de l’organisme. Des données récentes montrent qu’il peut remplacer l’aluminium comme adjuvant dans les vaccins. Il est temps de préparer son retour dans de courts délais, au moins dans les vaccins où il a démontré efficacité et sécurité (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche).

Mesure 9 – Suspendre la vaccination contre le papillomavirus

Nous demandons que le Gardasil (vaccination contre le papillomavirus – HPV) soit suspendu. Il a fait l’objet de très nombreuses alertes quant à ses effets secondaires, et il est de plus inutile. Vouloir continuer à vacciner l’ensemble des jeunes filles, c’est prendre un risque important pour leur santé, et ceci pour un résultat nul en terme de santé publique.

Mesure 10 – Indemniser le préjudice

Nous demandons que le préjudice subi lors d’une vaccination, que celle-ci soit obligatoire ou recommandée, antérieure ou postérieure au 5 septembre 2001, soit évalué et indemnisé selon une procédure unique, similaire à celle actuellement mise en œuvre par l’ONIAM pour les vaccinations obligatoires.

Conclusion

Les défaillances de la politique vaccinale que nos parcours de vie mettent en évidence coûtent très cher.

Tout d’abord pour l’individu qui a fait confiance à la politique vaccinale de son pays. Il a écouté les conseils de son médecin, qui suivait lui-même les recommandations des autorités de santé, celles-ci étant élaborées à partir des recommandations du Comité Technique des Vaccinations dont les 2/3 des membres sont en situation de conflits d’intérêts. Cette chaîne de responsabilité est en cause dans la survenue de la myofasciite à macrophages.

Mais aussi sur le plan strictement financier, car nos pathologies induisent des coûts conséquents (soins, pensions d’invalidité, non-participation à la production nationale de richesse…).

Cette situation est inacceptable dans la mesure où tout aurait pu être évité si les alertes scientifiques avaient été prises en compte.

Le gouvernement doit donc réagir très vite :

– En tout premier lieu, il s’agit de prendre les mesures appropriées pour que la population puisse bénéficier de vaccins sûrs, sans aluminium.

– En second lieu, l’équité dans la réparation du préjudice subi lors de toute vaccination doit être la règle.

– Enfin, il est indispensable que l’Etat reprenne ses responsabilités de décideur de la politique vaccinale et que la plus grande des transparences entoure dorénavant l’élaboration de cette politique vaccinale.

C’est uniquement à cette triple condition que la confiance des français pourra être rétablie.

>> Lire la contribution intégrale d’E3M <<

2 réponses
  1. RADER Serge
    RADER Serge says:

    Bjr. Il n’y a pas que l’aluminium qui pose problème, d’autres excipients aussi, et surtout les nanoparticules métalliques toxiques que renferment tous les vaccins humains quand les vaccins vétérinaires en sont exempts, comme la gamme PUREVAX de Mérial et d’autres analysés.
    Pour ces particules élémentaires, la notion de quantité infinitésimale injectée ne veut rien dire, leur toxicité étant liée à leur haut pouvoir pénétrant, à leur indissolubilité et leur accumulation dans les divers organes.
    De tout coeur avec vous.

    Répondre
  2. Chris
    Chris says:

    J’ajouterais afin qu’il soit bien établi que chacun doit être libre de ses choix et que donc plus aucun d’entre nous soit pris en otage par les industries pharmaceutiques : l’arrêt des vaccinations obligatoires. En effet, on remarque que c’est le cas dans certains pays comme l’Allemagne. Pourtant le taux de vaccination reste identique. Il ne s’agit pas d’être anti-vaccination ou non. Il s’agit de reprendre le contrôle de nos vies, de nos actes citoyens.

    Répondre

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>