Pr Chris Exley

Pr Exley : L’ère de l’aluminium

« Pourquoi la propagande industrielle et l’ingérence politique ne peuvent dissimuler le rôle indéniable joué par l’exposition humaine à l’aluminium dans les maladies neurodégénératives, notamment la maladie d’Alzheimer. »

Christopher Exley

Grande-Bretagne 2014


La publication en quelques mots

Aujourd’hui, nous avons tous de l’aluminium dans notre organisme et il est probable qu’il soit présent dans chaque compartiment physique et chimique du corps humain, dont le cerveau.

A un moment donné, sa toxicité se déploiera, les systèmes cérébraux deviendront dysfonctionnels et des cascades d’événements, aboutissant éventuellement à une perte accélérée de cellules et de neurones, commenceront à dominer.

Extrait de la publication

Nous vivons à l’âge de l’aluminium et il est fort probable que notre utilisation de l’aluminium va augmenter à l’avenir. Il est d’une importance cruciale que nous reconnaissions tous ce fait et, de manière concomitante, que nous nous préparions pour prévenir tout rôle que l’Aluminium pourrait jouer dans les maladies humaines.

Aujourd’hui, nous avons tous de l’aluminium dans notre organisme et il est probable qu’il soit présent dans chaque compartiment physique et chimique du corps humain. Il est également vrai de dire que ce n’est que le début et que la génération de demain aura une charge corporelle plus élevée en aluminium.

La littérature scientifique présente des liens documentés entre l’exposition à l’aluminium et la maladie humaine et j’ai récemment compilé une liste de ces conditions et cela pourrait être un point de départ dans le diagnostic d’une possible intoxication à l’aluminium.

Nous savons très peu de choses sur la façon dont l’aluminium pénètre dans le cerveau et sur les mécanismes d’entrée potentiellement les plus significatifs. Nous avons un transfert d’aluminium du sang vers le cerveau et de ce fait, toute activité qui amène une entrée d’aluminium dans la circulation sanguine, viendra faire grossir la charge d’aluminium dans le cerveau.

Le passage de l’aluminium du sang vers le cerveau représente une pression constante sur la charge aluminique du cerveau et son impact global peut dépendre de la charge corporelle en aluminium de l’individu ainsi que de son état général de santé.

La perméabilité de la barrière hémato-encéphalique vis à vis de l’aluminium sera influencée par sa physiologie, par exemple, le degré de sélectivité est inférieur chez le fœtus et le nouveau-né [ndlr : c’est-à-dire sa capacité à filtrer ce qui doit passer – ou non – au travers de la barrière hémato-encéphalique n’est pas mature] et il peut aussi être affecté dans certains états pathologiques, y compris ceux liés à l’aluminium tels que la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaques.

L’aluminium pourrait également entrer dans le cerveau par diapédèse [ndlr : capacité de certaines cellules à traverser les vaisseaux], par exemple, lorsque les adjuvants aluminiques sont utilisés pour la vaccination ou l’immunothérapie, les cellules immunitaires, qui infiltrent le site d’injection, sont connues pour absorber l’aluminium particulaire par endocytose et le transporter dans tout l’organisme, y compris dans le cerveau, par l’intermédiaire des deux processus paracellulaire et transcellulaire.

Tant que la proportion de cet aluminium, qui est biologiquement disponible, reste à un niveau supportable sans entraîner d’effets biologiques significatifs, la toxicité de l’aluminium ne sera pas manifeste. Cependant, à un moment donné, qui sera fortement influencé par des circonstances individuelles, la toxicité se déploiera, les systèmes cérébraux deviendront dysfonctionnels et des cascades d’événements aboutissant éventuellement à une perte accélérée de cellules et de neurones, commenceront à dominer.

La présence d’aluminium dans le cerveau amène à considérer qu’il contribuera inévitablement à l’arrivée de maladies dégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer ou la sclérose en plaques, avec en définitive une apparition précoce, et/ou sous une forme plus agressive, de la maladie.

Il y a un besoin réel et urgent de traitements, qui faciliteraient l’élimination de l’aluminium du corps et de préférence sans perturber les métaux essentiels, tel que le fer. Le traitement devrait être aussi non-invasif que possible car il devra convenir à des individus sains ainsi qu’à des personnes ayant des symptômes liés à l’aluminium.

La chimie inorganique unique de la réaction de l’aluminium avec de l’acide silicique, la seule forme de silicium biologiquement disponible, est restée le travail de ma vie et fait maintenant l’objet d’une étude comme traitement possible pour faciliter l’élimination de l’aluminium du corps humain. Cette thérapie est basée sur l’observation que la consommation d’eaux minérales riches en silicium augmente l’excrétion urinaire de l’aluminium.

>>> Lire la publication intégrale en français ou en anglais

>>> Voir la biographie du Pr Exley

 


Aluminium et Maladie d’Alzheimer : il est temps de vérifier l’hypothèse !

A la lecture de ce qui précède, personne ne s’étonnera que le Pr Exley cherche à mettre en pratique ses idées !

Au sein de l’Université de Keele (Grande-Bretagne), il mène des recherches sur l’aluminium depuis plus de 30 ans et a publié plus de 150 articles scientifiques sur ce sujet. Il est connu dans le monde entier comme « Monsieur Aluminium ».

Le Pr Exley lance auprès du public un appel à dons. Son objectif : réaliser au plus vite un essai clinique auprès de 50 personnes.

Il veut ainsi :
–  Vérifier que l’aluminium dans notre corps contribue à la maladie d’Alzheimer,
–  Démontrer que nous pouvons agir par la réduction de notre exposition à l’aluminium, ainsi que par l’apport dans notre alimentation quotidienne d’une eau minérale riche en silicium, celle-ci favorisant l’élimination de l’aluminium.

Vous trouverez tous les détails de ce projet important pour la Santé Publique en cliquant sur la page de son financement participatif !

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>